31.8.15

21-13


  Voici un récapitulatif des différents 21-13 rencontrés dans ma recherche. J'ai initialement posté cette liste sur Blogruz, pour ne pas rompre le fil des billets de Quaternité, et puis il m'est apparu nécessaire qu'il y figure, et quelle meilleure occasion que ce 21/13 pataphysique, qui est aussi le 31/8/2015, rare date anagramme des 7 premiers nombres de la suite de Fibonacci, 0-1-1-2-3-5-8.
  Si les premiers cas n'ont qu'un rapport éloigné avec 13-21, ma première obsession pour 1231 devait être mentionnée. Le critère essentiel est donc la présence parallèle de 13 et 21, excluant les cas où la suite de Fibonacci est convoquée, sauf lorsque 13 et 21 sont privilégiés parmi les autres nombres de la suite (ainsi sont refusés tous les 8-13 dont la somme est pourtant 21). La triade privilégiée est donc 13-21-34, mais il arrive que 13 et 21 ne puissent être additionnés. Les cas sont parfois évoqués au plus bref, mais renvoient souvent à un contexte très riche en-dehors du 13-21. J’ai réparti au départ les cas tant bien que mal en diverses catégories, mais ai ajouté ensuite les nouveaux cas dans la catégorie Divers.

A : Le motif 1-2-3-1
1/ Lors de la semaine menant à mon 35e anniversaire le 6/7/1985, j’ai décrété que le motif 1-2-3-1 était essentiel. L’état où j’étais alors était tel que j’ai pu retirer le 6/7 12310 F à la Caisse d’Epargne, et proposer à la caissière de faire un bébé avec elle. Ceci m’avait été inspiré par un « signe » : il y avait 4 guichets, les 3 premiers numérotés 1-2-3, le 4e n’étant pas numéroté.
2/ Cette crise m’a conduit ensuite à une étude intensive de l’hébreu biblique et de la gématrie. Le motif 1-2-3-1 m’a fait imaginer que 1231 serait une gématrie privilégiée, et je devais la rencontrer pour deux désignations traditionnelles du Décalogue, objet d’une de mes premières découvertes importantes :
1231 = Keter Tora (couronne de la Tora) = esret hadevarim (10 paroles)
 Je découvris ensuite que cette équivalence avait été vue, notamment par Aboulafia qui y ajoutait l’égalité avec esrim weshesha (le nombre 26 du Tétragramme ou des 26 générations jusqu’à Moïse).
1231 étant un nombre premier, j’avais étudié les autres arrangements de 1-2-3-1, et vu que 1321 comme 2113 étaient aussi premiers
3/ Je remarquais aussi qu'à 12/31 correspondait aussi le 31 décembre à l’américaine. Le premier 31 décembre réellement important rencontré est la mort de Roger Gilbert-Lecomte le 31/12/43, se renversant en 34\21\13

B : Le 13-21-34 originel
4/ A l’été 2001 je lus un article d’Europe sur le nombre d’or chez Mallarmé, où était envisagé un ridicule découpage d’or de l’Hypnerotomachia en 23.5 et 14.5 chapitres ( 23.5/14.5 = 47/29, équivalent Lucas de 21/13 Fibonacci), avec comme pivot la découverte du tombeau d’Adonis.
Ceci me fit penser à l’acrostiche des 21+13 chapitres de The Greek Coffin Mystery, autre tombeau grec, autrement plus immédiat.
5/ Le calcul des gématries de l’acrostiche de l’Hypnerotomachia me conduisit pour les deux livres (24-14 chapitres) à 252/156 = 21/13.
6/ Parmi mes lectures antérieures sur le nombre d’or, la seule chose qui m’avait frappé était la répartition 294/182 des 476 vers de L’Art poétique d’Horace (poésie/poète = 21/13).

C : 13-21-34 dans la suite de Fibonacci (1-1-2-3-5-8-13-21-34…) correspond à 29-47-76 dans la suite de Lucas (1-3-4-7-11-18-29-47-76…)
7/ Les deux morts partageant le cercueil grec de Queen sont Khalkis (grec « cuivre ») et A. Grimshaw (initiales AG) : Cu et Ag sont les éléments 29 et 47, correspondant dans la suite de Lucas aux Fibo 13 et 21.
8/ Je fais partie du forum Unus Mundus, UM pour ses membres, soit les lettres de rangs 21-13. Un membre me signala que j’étais le numéro 47, ce qui me fit m’interroger sur qui était le 29 : c’était A.A. Attanasio, un auteur de SF dont j’avais 2 livres parmi les 3 traduits en français. Il ne participait plus activement depuis longtemps à la liste, mais un de mes messages le fit réagir.
9/ Je repris son Radix, et y découvris que le pivot de sa datation était l’an 2113, anéantissement causal du CERCLE
10/ Radix s’achève sur la chanson de Sumner Kagan, en 3 phrases mélodiques, séparées par des silences, de 21-21-13 notes
11/ L’an précédent, j’avais trouvé par hasard le 12/7/2009 un livre de SF à la brocante de mon village, Pygmalion 2113, d’Edmund Cooper (la première du Pygmalion de Shaw était en 1913)
12/ ma première approche du nombre d’or chez Perec a été son poème Noce, réparti en 47-29 vers
13/ les 9 premières strophes de Noce privilégient un découpage en (21-21-13) x 23 lettres (comme la chanson de Kagan)
  Perec a noté sur ses brouillons, en face des 10 strophes composant le poème, les doubles des nombres de la suite de Fibonacci, soit 2-2-4-6-10-16-26-42-68-110. Chaque strophe est construite à partir d'un contingent restreint de lettres, au départ celles des noms des mariés, KMARBEND = 68, NOUREDIMCH = 110. Les seules strophes construites strictement sur ces lettres ont 26 et 42 mots.

D : Les numéros 13-21-34
14/ Le 31/8/03, je découvris chez un bouquiniste du marché de Digne parmi un petit lot de Planète les 13-21-34, que je pris tous 3 bien que seul le 34 me tentait.
15/ Vers 2000 trouvé à la brocante de La Bégude 5 L’empreinte-Police dont les numéros 13-21-34 (+16-22)
16/ J’y avais trouvé aussi une 12aine de L’empreinte, parmi lesquels le numéro 107 où figure la solution du problème n° 13 (Trenton A-B évocateur de Queen) avec l’énoncé du problème n° 21
17/ D8 Bégude-Valensole-Gréoux 21-13 km
18/ J’avais aussi les Cabinet Noir 13-21-34 (parmi pas beaucoup d’autres 8 ?-18-26 ?-32-40)
19/ A quelques jours d’intervalle j’avais 3 publications en mai 09, portant les numéros 13-21-34 dans diverses collections (et le nom de l’éditeur du 34 était présent dans le Planète 34 !)
20/ en juin 09 paraissait Teckel 4, portant le total de mes pages à 21-13-(10+11).
21/ En relation avec Teckel 1, la double coinc de l’Escalier Potemkine, 13-21 m de haut en bas, 260-420 s dans le film
22/ Le n° 821 de Bialot devenu 813 ; j’ai jadis noté qu’un livre non précisé de 34 chapitres avait son chapitre 31 devenu 21
 note du 5/10 : ayant posté hier ceci, je reçois aujourd'hui le premier numéro de l'année (140) de Viridis Candela, n° 21 de la 8e série; c'est parce que le premier numéro d'il y a 2 ans (138) était le n° 13 de la 8e série que j'ai pu y publier l'an dernier l'article La multiplication des 813 

E : La date du 21/13 pataphysique, ou 31 août vulgaire, dont je n’ai pris conscience qu’en 2009
23/ 21/13/128 (2001) Première lettre de JPLG, qui fut pour beaucoup dans mon intérêt pour le nombre d’or, validé par le hasard
24/ 21/13/129 (2002) début de mon premier journal de coincs
25/ 21/13/130 (2003) achat des Planète 13-21-34 (alors que seul le 34 m’intéressait)
26/ 21/13/135 (2008) lecture de Des jours et des nuits.
27/ 21/13/137 (2010) numéro 34 de La mauvaise chance à Castellane, avec Les enfants du Créateur, d’André Carnal
28/ 18/13/139 (2012) (parce qu’il y avait impossibilité le 21/13) Le dernier homme bon et Le rire du cyclope (St-André) puis Lire 13-21-34 à Castellane

F : L’an 136 pataphysique (4x34) a débuté le 8 septembre 2008, le jour de mon intuition sur le 4/4/44, avec 3 coïncidences 52-84 (13-21 x 4)
29/ Jung-Zuern = 52/84, calculé avant l’aube du 1/1/136
30/ Michaela McManus = 52/84 (née le 20/5/83, petite section d’or de l’année), particulièrement connue pour son rôle du procureur adjoint Kim Greylek dans la saison 10 de New York unité spéciale, dont le premier épisode débute le 8 septembre 2008, le 1/1/136
   Elle a épousé le 3/7/11 Mike Daniels (michael)
31/ J’ai appris en décembre 08 le nom du docteur de Jung impliqué dans la NDE et l’échange du 4/4/44, et Jung-Haemmerli = 52/84

G : La paire 52-84 est particulièrement riche.
32/ 52/84 correspond aux noms Elie-Enoch en hébreu, les seuls personnages de l’Ancien Testament montés au ciel de leur vivant. On a encore le nom hébreu Ezechias = 136, un roi qui a reçu une tranche de vie supplémentaire, et le mot kiful = 136, « double ».
Elie et Enoch apparaissent dans la première édition de Pantagruel, ensuite remplacés par Ogier et Artus, dont il existe aussi la graphie Artuis, permettant Ogier-Artuis = 52/84 dans l'alphabet du 16e siècle.
33/ Seth-Nathaniel = 52/84, les anges incarnés de La cité des anges
34/ Daumal-Nathaniel = 52/84, et au moment où je vis ceci apparaissait le document de Daumal où il privilégiait le couple 13-21
35/ Ben-Laden = 52/84, selon une orthographe en hébreu

H : 136 est encore la somme des 16 premiers nombres, permettant de construire des carrés magiques
36/ Le plus connu est le Carré de Dürer, dont chaque colonne offre une répartition 13-21 (le carré central aussi)
37/  84/52 correspond encore à Melencolia (gématrie latine) / 9-10-11-12-1-2-3-4 (les heures du cadran solaire à côté du carré magique
38/ par ailleurs MELENCO LIAS = 63/39 = 21/13 (avec une coupure après CO comme pour l’acrostiche du Poliphile)

I : Musique
39/ Bach les 3 R du WTC = 65-105-170
   les numéros d'ordre des 5 PF dorés parmi les 48, 1-14-24 dans WTC1, 25-38 dans WTC2, soit 39/63
40/ 21/13+34/21 = 883/546 22 préludes fish WTC1-2 / 14 préludes WTC1
41/ 884 = (21+13) x 26
42/ Prélude BWV 846 : 21+13+1 (critère fis à la basse en 22)
43/ Prélude 1 op 28 Chopin, répond au BWV 846, en 21+13 mesures avec un fis à la basse en 22.
44/ Thème + 33 Variations Diabelli

J : hébreu
45/ Le « nom », désignation de Dieu, est en hébreu SM, formé des lettres 21-13 de l’alphabet.
SM est aussi le nom du patriarche Sem, fils de Noé, que la tradition juive identifie à Melchizedek, instructeur de Jacob. Les valeurs des noms hébreux Melchizedek et Jacob sont 294 et 182, dans le rapport 21/13, 294 et 182 rencontrés plus haut pour L'Art poétique (6). 
46/ La chrétienté a réparti le canon biblique en 5-21-13 livres, repris par les éditions imprimées de la Bible hébraïque. Dans ma Bible de 1951, les 21-13 livres correspondent à 21-13 cahiers.
47/ Deux des livres attribués à Salomon (SLMH) débutent par une grande lettre, S pour Shir hashirim, M pour Mishlé (les 2 seuls autres livres dans ce cas débutent par B=2 et A=1, autres fibos)
48/ Babel a pour valeur
- 34 en hébreu,
- 21 en latin,
- 13 selon le code de Cheiro
49/ La chronologie traditionnelle attribue à divers événements essentiels (naissance Jacob – exil Egypte et naissance Yokeved mère de Moïse – naissance Moïse – sortie d’Egypte) les dates 2108-2238-2368-2448 : intervalles 130-130-80 ans, soit 130-210 ans pour la naissance de Jacob-Israël, l’exil d’Israël en Egypte, et son exode.
50/ Le nom YHWH a pour valeur immédiate 26, et pour valeur étendue 42 selon l’orthographe des lettres de Carlo Suarès
51/ les lettres de rangs 21-13 grec / 21-13 hébreu = 55/34 = 550(ΦΝ)/340(שמ)
 les valeurs étendues des lettres SYN/MYM sont 360/90 = 4/1
52/ l’hébreu pour « quatre » est ARBO = 273 = 13 x 21 (m x s)

K : Divers 34 répartis en 21-13 
53/ les 2 premiers romans de Paul Auster ont 21 et 13 chapitres (Fausse balle et Cité de verre)
 David Mazzuchelli a fait une adaptation de Cité de verre en BD, ou roman graphique comme on dit pour se démarquer de la vulgaire BD.  Dans un autre "roman graphique", Asterios Polyp, Mazzuchelli montre la suite de Fibonacci, avec pour derniers termes entièrement identifiables 13 et 21. 
54/ My heart laid bare : 21-13-(8+1) chapitres; à la fin des 21-13 chapitres meurt à Philadelphie (voir 71/) Harwood Licht 84-52 qui appartient à la famille de filous s'appelant tantôt Licht tantôt Liges; un autre membre de la famille est Nathaniel Liges = 84-52.
55/ 13-21-21 chapitres Le chemin de la lumière
56/ ses chapitres 16-18 débutent par M (absent) et U
57/ CARL > CR-AL = 21-13
58/ MONA LISA = 13-21 (latin réduit 3541-2991)
59/ Les histoires de Jean-Marie Cadiboulin de Jules Verne, 34 membres de l’équipage du Saint-Enoch, 13 nommés + 21 non
60/ Dans Le dernier homme bon, roman danois traduit en 2011, parmi les 34 Justes 21 sont connus, 13 non.
  Dans un autre roman danois, Miséricorde, également traduit en 2011, le meurtre de la soeur d'Oluf est prévu le jour de son 34e anniversaire, à cause d'un événement survenu 21 ans plus tôt.
61/ 21+13 « or » dans 7-4 séquences Alphabets pics 7 et 11 J et Q (7-8 « or », 8 et 7e fibo)
24e occurrence : or mu
62/ Pilgrim en 6 parties de 21-13-14-14-14-13 chapitres, soit 21-13-(55) ou 21-(55)-13
63/ L’île aux 30 cercueils, Véronique/Antoine = 126/78 = 21/13 (André Beauny = 42-68)
64/ Emilie Brunet disparaît a 34 ans, après avoir perdu ses parents le jour de son 21e anniversaire.

L : d’autres 47/29 (Lucas = 21/13 Fibo)
65/ Le n° 228 Baleine de Claudine Chollet est le 141e Poulpe, contre 87 non-Poulpe
66/ Sonia Amadouny = 58/94
67/ Night Shyamalan = 58/94
68/ John Dall = 47/29
69/ Le 24/9/12, une recherche "rémi schulz" "58 94" me conduit à une page Wikipédia, où 58-94 provient d’une proposition soumise le 31/08/08 (ou 21/13/135 pataf, jour où j'ai lu Des jours et des nuits).
70/ Mon billet blogruz du 8/9/2008 (ou 1/1/136) était sur David Phillips / artist = 141/87

M : divers
71/ Phi-la-del-phia = φ-13-21-34 et les 13+21 rues autour de Broad Street et Market Street
72/ Mon premier (et seul) Tournesol non fibo a 26/42 spirales
73/ Les 21 lettres de la croix paterNoster = 21 x 13 (latin)
74/ Simenon et Queneau nés les 13 et 21 février 1903
      Simenon 21 chapitres dans Le voyageur de la Toussaint (3 parties 6-7-7+épilogue)
      Queneau 7 x 13 sections pour Le chiendent et 8 x 21 chapitres pour Les enfants du limon
75/ L’assassin habite au 21La morte survit au 13 (écrits en 1939 et 1958, 31 et 50 ans)
76/  21 lettres Stanislas-André Steeman = 233, 13e Fibo
77/ Le 21e Fibo, 10946, est divisible par 13 (car tout Fibo de rang n est multiple du Fibo de rang d’un diviseur de n, ici 21 = 3.7, donc F21 est multiple de F3 et F7, 2 et 13)
78/ Les fibos de rangs 7+67n et 8+67n débutent par 13 et 21 pour n de 0 à 9, jusqu’à F610-611 (610 = 132+212)
79/ vingtetun / treize = 132/82 (alphabet sans W) dixsept / onze = 96/59 (idem, 97/60 avec W), d’où (21+17)/(13+11) = 228/141 = 76/47
80/ rencontre d’un panneau 21:13 au moment où je pensais aux ISBN 43-27 + 83-51 = 126/78 = 21/13
81/ les adresses du couple Marlasco dans Le jeu de l'ange, 13 route de Vallvidrera et 21 rue de la Lleona
82/ Joë Bousquet rencontre Poisson d'Or lors de son 21e anniversaire, fin juillet 1937. Ils correspondent ensuite pendant 12 ans jusqu'aux fiançailles de Pd'O, mariée en 50. Joë meurt le 28 septembre 50.
83/ le seul hétérogramme de Perec avec deux diagonales isogrammes est le sonnet en F de Métaux, avec des diagonales en M et U (13 et 21).
  Les lettres jokers de ce sonnet sont dans l’ordre GBPVPCBPPBBCHH, de valeur 123, avec une première distribution
GBPV = 47 PCBPPBBCHH = 76
soit les valeurs de PEREC et GEORGES pour des groupes débutant par G et P, parfait chiasme pour ce poème qui est le seul hétérogramme avec deux diagonales.
  Il y a deux lettres uniques GV = 29, et les autres lettres sont toutes en nombre pair, deux fois PPBBCH = 47, donc motif 47-29-47.
  Perec a imaginé dans La vie mode d'emploi son double
GEORGE BRETZLEE = 57 + 93 = 150, autre nom doré; l'addition à PEREC GEORGES = 123, conduit à 273 = 13x21.
84/ L'arcane 21 du jeu de Tarot du jeu vidéo Dishonored est la Mort, arcane 13 du jeu habituel.
85/ J'ai appris ceci le jour même où, en étudiant le nom d'AS Byatt, qui s'est intéressée à la suite de Fibonacci, j'ai vu son découpage en voyelles et consonnes,
AY / BTT = 26/42 = 13/21
86/ Dans l'épisode 2-11 de la série Medium, tout ce qu'Allison sait du tueur recherché est qu'il a un chien-loup nommé Buster. Il y a 34 propriétaires de chiens Buster à Phoenix, et c'est le 13e qui est le bon (donc pas besoin de visiter les 21 autres).
Ce 11e épisode de la 2e saison me rappelle que la première proposition d'Euclide concernant le nombre d'or est la 11e du 2e livre (prop II-11)
87/ Mon projet Le parfum de l'amant d'Anouar est grandement inspiré de La dernière femme de sa vie,de Queen, où un meurtre est commis la nuit de Pâques 1970. J'avais choisi de faire mourir dans la nuit de Pâques 2004 mon personnage tout juste âgé de 21 ans, non pour respecter un schéma 13-21, mais parce qu'il était supposé être la réincarnation de Dannay mort en septembre 82.
  En fait je ne suis pas certain de n'avoir pas eu en tête le schéma 13-21; j'indique sur la page mentionnée qu'il était important pour moi que l'affaire se passe en 2004, mais que je ne m'en rappelle plus la raison... Ce dont je suis sûr, c'est que mon intrigue suggérait que Delaunay était après Dannay un autre avatar de Verne, tous ayant en commun l'aulne et le goût des parodies pascales. Si je connaissais les 21-13 chapitres de Queen, ce n'est que plus tard que j'ai remarqué la répartition 13-21 de l'équipage du Saint-Enoch (cas 59).
88/ Une série de coïncidences relatée ici vient de me faire prendre conscience d'une harmonie 21/13 dans mon précédent projet romanesque, élaboré vers 2001, Indécente (L'), où j'imaginais une intrigue amoureuse entre le blanc
LEON DE PRIDEGOR = 147
et la noire
TINE DENCEL = 91
147/91 = 21/13
Ceci ne pouvait être prémédité, car à l'époque 21/13 ne m'intéressait pas particulièrement, et Léon de Pridegor était l'anagramme de Pierre de Gondol, nom imaginé par Pouy, tandis que Tine Dencel était celle de L'indécente, titre choisi effectivement pour sa valeur 91, mais parce que c'était la valeur du département numéro 91, l'ESSONNE.
89/ J'ai participé au concours de nouvelles Dick organisé par les éditions Assyelle. Pensant que la date limite était le 31/12 (c'était en fait le 31 du mois suivant), j'ai envoyé mon texte le 30, et ai reçu le lendemain cet accusé de réception :
Il est daté à 13:21 le 31/12, que j'ai indiqué être tenté de lire à l'envers 21/13.
Ma nouvelle concerne les relations d'or dans les NDE, exposant notamment les cas de JUNG/HAEMMERLI et DAUMAL/NATHANIEL, tous deux 13/21.
90/ J'ai découvert dans une énigme du livre Mots d'amour secrets de mes oulipotes Perry-Salkow-Schmitter un message involontaire dans 13 lignes parmi les 34 lignes d'une lettre de Marie de Magdala.
91/ Dans Rouge-gorge, de Jo Nesbø, un attentat est prévu du 21e des 34 étages de l'hôtel SAS Radisson à Oslo.
92/ Dans Le massacre des innocents, Jean-Jacques Reboux a imaginé une superposition des 102 paroisses de Paris aux 64 cases d'un jeu de l'oie, parcouru selon les valeurs des lettres P-A-R-O-I-S-S-E, menant au dernier coup à la case 64, ND de Paris où a lieu l'attentat final. Divers calembours sont proposés, comme "l'oie porte la poisse à Paris". Sans calcul de Reboux, qui s'est basé sur une liste officielle de 102 paroisses
PAROISSE = 102 = 3 x 34
PARIS OSE = 63 + 39 = 3 x (21+13)
93/ Un autre hasard non calculé de numéros 13-21-34 en ma possession est ceux de la collection Le cabinet noir, étudié ici. Le n° 21 est La clairière des Eaux-Mortes, de Raoul de Warren,ce qui fait coïncidence en soi car le roman est basé sur les 7 péchés capitaux, dont il est donné 3 séries de synonymes ou d'antonymes, donnant en acrostiche les mots LUCIFER, CHARITE, PLATINE (3x7 = 21).
  Le hasard m'a encore conduit, sans recherche sur le thème, à récolter de ci de là l'anthologie Les sept péchés capitaux, où Alberto Manguel donne 3 textes pour chaque péché, soit 3x7 = 21 en tout, et quelques-uns des 7 recueils établis par Sébastien Lapaque pour Librio, contenant chacun 13 textes pour chaque péché.
94/ SAINT / GRAAL = 63/39 = 21/13. Dans le roman Graal de Philip Michaels, le calice sacré est redécouvert un 31 août, soit le 21/13 pataphysique.
95/ Le titre de mon billet Rêvolutions est inspiré par les rapports entre La révolution des fourmis et Only Revolutions, et par le découpage en voyelles/consonnes de ce mot :
EOUIO / RVLTNS = 65/105 (= 13/21)
  Byatt (YA / BTT = 26/42, voir 85/) était convoquée dans ce billet.
  Après l'avoir achevé, j'ai poursuivi l'étude des nombres de 4 chiffres palindromes dorés, et découvert que les curiosités vues dans le billet n'étaient pas ponctuelles mais trouvaient leurs équivalences dans d'autres bases, selon des règles logiques.
  Le premier cas survenait précisément pour les nombres 65-105-170 en base 10, devenant en base 4
1001-1221-2222.
  Le cas suivant concerne 2796-4524-7320 en base 10, devenant en base 11 2112-3443-5555.
  La suite de ces nombres est désormais sur le site OEIS, sous le n° 245323.
96/ L'écriture de mon roman Sous les pans du bizarre en 1999 m'a conduit à y coder le sonnet de Perec Vocalisations, avec deux modifications :
- son titre est devenu Vocalisations I, en partie parce que Perec en a proposé une seconde version, mais surtout pour la valeur de l'expression, 168, nombre de pieds du sonnet;
- deux mots des vers 8 et 13 ont été anagrammatisés, ALCOOL et NADIR devenus LOOCAL et RADIN, de valeurs 58 et 46, somme 104.
168/104 = 21/13
  Le roman était dédié "à Margaux, Marie, Phiphi, Poupou, Landor", le plus important parmi eux étant JB Pouy grâce auquel cette édition s'est faite, sous la forme POUPOU = 104.
  Par ailleurs les rangs des mots ALCOOL et NADIR étaient 102 et 66, dont j'avais remarqué la somme 168, et l'équivalence avec les valeurs des mots arabes bism allah, بسم الله, "Au nom d'Allah", débutant la Basmala initiant chaque sourate du Coran, d'autant que les deux mots alcool et nadir sont d'origine arabe. Comme la Basmala se répartit en 7+12 lettres (partage doré) de valeurs 168 et 618 (évoquant .618, phi), j'en ai proposé une récriture basée sur la traduction de Chouraqui à la ligne 8 parmi 21 de mon SATOR dans tous les sens en 2003, ensuite également édité par Pouy (Teckel n° 1):
  Les 2 parties de la formule ont 13 et 21 lettres.
 97/ Dans le roman La mort en gros sabots, l'actrice Nan Bulkely est assassinée un  31/08 (1944), ou 21/13 du calendrier pataphysique, exactement dans les mêmes conditions que l'a été l'autre actrice France Raye le 12 octobre précédent. Les prénoms NAN et FRANCE ont pour valeurs 29 et 47, nombres de Lucas de mêmes rangs que les Fibos 13 et 21.
98/ Dans la trilogie cosmique de CS LEWIS, un eldil, "ange", est responsable de chaque planète, avec à leur tête un ange principal, Maleldil, créateur du système solaire.
MAL / ELDIL = 26/42 = 13/21
  Dans cette trilogie la Terre est the silent planet, "la planète silencieuse", ce qui a pu inspirer l'album In Keeping Secrets of Silent Earth: 3 du groupe de rock Coheed and Cambria,  dont le dernier morceau est intitulé 21:13. Voir les cas 9/ et 11/ montrant d'autres occurrences de 2113 en SF.
99/ Nous avons emménagé le 17 décembre dernier dans notre nouvelle maison. Je pus alors en prendre des mesures précises, pour découvrir que le niveau principal mesurait intérieurement 5.80x9.40 m, ce qui correspond au rapport 29/47 équivalent à 13/21.
  La maison a été construite par un maçon à la retraite, Pierre Gouillard, et le découpage voyelles/consonnes de ce nom conduit aux mêmes valeurs que celui de REVOLUTIONS vu au cas 95/ :
IEEOUIA/PRRGLLRD = 65/105 = 13/21
100/ J'ai découvert le 15/1/15 cette formidable double relation :
ONE+ONE+TWO+THREE+FIVE+EIGHT = 13x21
1x1x2x3x5x8 = THIRTEEN+TWENTYONE
  La somme des gématries des noms des 6 premiers termes de la suite de Fibo donne le produit des deux termes suivants.
  Le produit des 6 premiers termes de la suite de Fibo donne la somme des gématries des noms des deux termes suivants.
  On peut encore écrire, en remplaçant les noms par des nombres soulignés :
1+1+2+3+5+8 = 13x21 (= 273)
1x1x2x3x5x8 = 13+21  (= 240)
  Par ailleurs, comme la première somme se décompose en
1+1+2+3  = 182 = 2/3 273 (et 5+8 = 91 = 1/3 273)
et que les 4 premiers Fibos sont aussi les chiffres composant 13 et 21
1+3+2+1  = (13x21)(1x2)/(3x1)
  On a aussi
(1+1+2+3)(5+8) = 5+8
et 1+1+2+3 = 8-5
101/   Un hasard m'a fait tomber à la médiathèque sur un roman de 2004, Marguerite et les enragés d'Eric Deschodt et Jean-Claude Lattès, polar historique, genre qui a priori ne m'intéresse pas, mais son incipit m'a fait l'emprunter :
Le 17 novembre 1494, Jean-Giovanni Rollet entre dans Florence.
C'est une allusion évidente à la Chartreuse de Parme :
Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan...
or le roman inachevé de Perec, "53 jours", a pour texte source le roman de Stendhal, son premier chapitre étant Le 15 mai.
J'ai donc étudié avec un peu d'attention Marguerite et les enragés qui a 68 chapitres, ce qui m'a fait aussitôt aller voir ce que donnerait une division 42/26 (21/13), et le chapitre 43 débute ainsi
Le 17 novembre 1495, Jean-Giovanni reçoit une lettre de Charles VIII.
Ce sont les deux seuls chapitres débutant par une date.
C'est en 1496 qu'a débuté à Milan l'écriture de La divine proportion.
Les brouillons de "53 jours" témoignent de tentatives de Perec d'y faire intervenir une suite de type Fibonacci.
102/   Le roman Pilgrim de Timothy Findley (1999) a deux principaux personnages, Pilgrim, étrange être-ange, et Jung lui-même, fasciné par son cas.
PILGRIM / JUNG = 84/52 = 21/13
Les deux premières parties de Pilgrim ont 21 et 13 chapitres (les 4 autres 14-13-13-13).
Au début de la 4e partie sont mentionnées les principales adresses, conformes à la réalité, du peintre Whistler, 13 Tite Street et 21 Cheyne Walk.
Le personnage de Pilgrim aurait jadis servi de modèle à Léonard pour sa Joconde, et il a été proposé les valeurs 13-21 pour MONA LISA, selon un alphabet latin réduit.
103/  Un certain Emmanuel Licht est le coauteur de Aspects ésotériques du thème de la quête, concernant essentiellement le
SAINT / GRAAL = 63/39 = 21/13 alors que
EMMANUEL / LICHT = 84/52 = 21/13
C'est évidemment un pseudonyme, puisque la prophétie de l'Emmanuel et la Lumière sont convoquées dans l'étude, et ceci me rappelle qu'il y a aussi un Emmanuel dans le roman My heart laid bare (cas 54), dont les deux premières parties en 21-13 chapitres (voir le cas précédent) s'achèvent sur la mort de Harwood Licht (84/52 = 21/13).
104/  Proof, nouvelle série de juin 2015, se penche sur les phénomènes de survie après la mort, étudiés par une chirurgienne qui a elle-même eu une NDE.
Son nom est
CAROLYN TYLER = 88+80 = 168
pour ses amis
CAT TYLER = 24+80 = 104
168/104 = 21/13
Carolyn Tyler se place volontairement en état de mort clinique pour provoquer une NDE, ce qui avait été aussi le cas dans L'expérience interdite, de Joel Schumacher (1990) de
DAVID LABRACCIO = 40+64 = 104 (168/104 = 21/13)
Il est interprété par Kevin Bacon, mari de Kyra Sedgwick, productrice principale de Proof.
Le même article signale la série débutée le même mois, The Whispers,  dont l'héroïne Claire Bennigan enquête sur un contact avec des ET impliquant notamment sa  propre famille. Elle est jouée par l'actrice Lily Rabe dont le nom devient en rot-13
YVYL / ENOR = 84/52 = 21/13
Les finales des premières saisons des deux séries ont été diffusées les 18 et 31 août, soit les 8 et 21 Phalle du calendrier pataphysique (8/13 et 21/13).   

105/   Ce billet se penche sur les fictions de vampires, êtres dont le statut est également aux frontières entre vie et mort. Le vampire peut communiquer son immortalité à sa victime :
VAMPIRE / VAMP = 84/52 = 21/13
106/   Zecharia Sitchin affirme que le sumérien MU (soit les lettres de rangs 13-21 dans notre alphabet) est équivalent à l'hébreu SM, שמ (soit les lettres de rangs 21-13 dans l'alphabet hébreu, cas 45)
107/   En quelques semaines j'ai découvert 3 romans de 34 chapitres offrant une nette répartition 21-13 :
- Deuils de miel a 33 chapitres et 1 épilogue, avec une première enquête s'achevant à la fin du chapitre 21 (une édition a une erreur dans la numérotation des chapitres s'achevant sur un chapitre 34);
- Le labyrinthe de la rose a clairement 34 chapitres en référence à la constante du carré magique d'ordre 4; le chapitre 21 s'achève sur une représentation en étoile des 16 nombres de ce carré, offrant une nette répartition 84/52 = 21/13;
- Le Livre de saphir est une quête en 6 étapes correspondant aux 6 triangles du Sceau de Salomon; le 3e triangle est découvert à la fin du chapitre 21.
  Un triangle en airain est découvert à chaque étape, airain que Sinoué donne pour alliage d'étain, de cuivre et d'argent. Le cas 7/ évoquait les numéros atomiques 29 et 47 de Cu et Ag dans The Greek Coffin Mystery, autre roman en 21-13 chapitres, et à l'étain correspondent Jupiter et le carré magique traditionnel de côté 4 et de constante 34 répartie dans chaque colonne en 21-13.
108/   Alors que je possédais Le Livre de saphir, mais ne l'avais pas lu, j'ai composé en 2005 le sonnet initialement titré L'art si noué, formé pour des raisons impératives de 21 séries hétérogrammes pour les quatrains et 13 séries pour les tercets.
109/   Dans le film Renaissances, le personnage Damian Hale meurt à 68 ans, mais son esprit est transféré dans le corps du jeune Mark Bitwell.
DAMIAN / HALE = 42/26 = 21/13 (et 42+26 = 68)
Il est interprété par Ben Kingsley, né le 31/12/43, date qui est aussi celle de la naissance de Roger Gilbert-Lecomte (cas 3) que j'avais vue se renverser en 34/21/13.
110/   Ce cas 110 me semble devoir évoquer le "match du siècle" Spassky/Fischer (110/68 = 55/34) semblant marqué par Fibonacci. Les parties décisives ont été la 13e, que Fischer a gagnée avec les noirs pour mener 8-5, et la 21e, également gagnée avec les noirs, donnant à Fischer une avance impossible à rattraper et qui a donc été la dernière du match.
111/   Deuils de miel (Cas 107) a d'abord été édité dans la collection Rail Noir, sous le numéro 13, toujours avec un chapitre manquant, ce qui m'a fait commander le n° 21, qui a un chapitre surnuméraire...
Entre les deux il y a le n° 17, La ligne de partage des os, de Samuel Delziani, construit en 1 prologue - 20 chapitres - 1 intermède - 12 chapitres - 1 épilogue,
ainsi ce rare intermède partage 34 éléments en 21-13.
112/   COLLECTION RAIL NOIR se répartit selon voyelles/consonnes en
OEIOAIOI / CLLCTNRLNR = 78/126 = 13/21,
113/   Ce Samuel Delziani m'a conduit à Samuel Delage, auteur de Code Salamandre, où les héros s'intéressent particulièrement aux lettres CF, qui selon le carré de Polybe sont identifiées aux nombres 13-21.
Ce roman est inspiré des recherches de Didier Coilhac, qui ailleurs trouve que les 21 mots d'un paragraphe de la rubrique 13 d'un traité de Louis XIV font allusion à la suite de Fibonacci.
114/  L'héroïne du roman de Jérôme Delafosse, Les larmes d'Aral (2012), se nomme
SINEAD / MCKEOWN = 52/84= 13/21
Il est question du nombre d'or dans le roman.
115/  Le nom de Mozart rapporté à ses deux prénoms fournit le rapport d'or 29/47 équivalent dans la suite de Lucas à 13/21 dans la suite de Fibonacci, pourvu d'utiliser l'alphabet Schwenter fréquemment employé par les exégètes allemands.
WOLFGANG AMADEUS / MOZART = 141/87 = 47/29
C'est d'autant plus frappant qu'il apparaît des rapports d'or dans la musique de Mozart, notamment dans les sonates pour piano, et on rencontre le rapport 13/21 pour les deux parties du dernier mouvement de K282 (39 et 63 mesures).
116/  Perec a omis le 66e des 100 chapitres de La Vie mode d'emploi, mais ceci n'apparaît pas directement car les 34 chapitres 67 à 100 ont été renumérotés de 65 à 99. Perec a relié ceci à la petite fille grignotant un petit-beurre à la fin du chapitre 65, devenue l'un des personnages du compendium, série de 3 fois 60 "vers" de 60 espaces typographiques, chaque série offrant une diagonale isogramme de A, de M, de E.
Il a logiquement choisi le vers 100, où la lettre M occupe la 40e place à partir de la droite:
La petite fille qui mord dans un coin de son petit-beurre Lu
Le M de valeur 13 occupe la 21e place à partir de la gauche dans ce vers de 13 mots.
117/   Dans le roman L'enfant du premier matin, la première partie alterne le récit de Lucie, en 34 chapitres, se passant en 2013, et le récit de Saint-A, en 33 chapitres, de 1891 à 2013. A la fin de son 34e chapitre, Lucie rencontre Saint-A, mais elle a appris son existence au 22e chapitre, d'où un possible partage 21-13. Suivent leur aventure commune en deux partties de 22 et 12 chapitres.
  Le thriller précédent de NEO, Les derniers jours de Paris, présentait de remarquables similitudes de structure. Une première partie alternant le récit de Sylvain, en 34 chapitres groupés en 1, 2, ou 3, entrecoupés de 21 chapitres du récit de Trinité. Ils se rencontrent pour poursuivre leurs aventures pendant 34 autres chapitres, répartis en 22-12.
  Un personnage du premier thrille de NEO, Les orphelins du mal, est prénommé
NATHANIEL = 84, avec pour diminutif
NATHI = 52.
118/   Une curiosité avec les nombres 13 et 21:
- leurs carrés sont 169 et 441, avec
- 169 formé des mêmes chiffres que 196 et 961, carrés de 14 et 31;
- 441 formé des mêmes chiffres que 144, carré de 12;
- la somme des 5 carrés est
169+196+961+441+144 = 1911 = 13 x 21 x 7

black & white


  Suite des deux précédents billets sur les  trois romans en 34 chapitres découverts récemment :
- Deuils de miel de Franck Thilliez (2006)
- Le labyrinthe de la rose de Titania Hardie (2008)
- Le Livre de saphir de Gilbert Sinoué (1996)
  Ces livres ont aussi en commun d'avoir des intrigues basées sur une série d'énigmes à décoder, et que leurs 34 chapitres présentent une nette possibilité de découpage 21-13.

  Le billet de juillet me faisait remarquer les numéros des éditions de poche des deux premiers romans, 13121 où figurent les séquences 13 et 21, et 31809 qui m'évoquait le 31/8/09, la date où j'avais consacré Des blancs et des noirs à l'adaptation TV de Des jours et des nuits, le roman de Sinoué lu exactement un an plus tôt, ayant joué un rôle essentiel dans ma découverte le 8 septembre suivant des coïncidences autour de l'échange Haemmerli/Jung (valeurs 84/52 = 21/13). J'ignorais alors que le 31 août était le 21/13 du calendrier pataphysique, et le 8 septembre son jour de l'an.
  Depuis, j'ai publié un billet chaque 31/8 vulgaire ou 21/13 pataphysique, avec souvent un retour sur le cas Sinoué, notamment le 31/8/11 avec De jour comme de nuit.
  Le livre de saphir a reçu dans la collection Folio le numéro 2965, m'évoquant les valeurs 29-65 de BLACK-WHITE, bien venues dans le contexte du billet Des blancs et des noirs du 31/8/09 qui m'avait été rappelé par le numéro 31809 du Labyrinthe de la rose.
  Diverses coïncidences m'ont conduit à associer ces nombres 29 et 65 aux termes de la série de Lucas 18 et 47, dont ce sont la différence et la somme. Je ne rappelle que quelques échos à propos de la série de Lucas, comme la coïncidence 29-47 Attanasio-moi, et la rencontre manquée dans Des jours et des nuits entre Ricardo et Dora à la fin du chapitre 18 parmi 29. 18 et 47 évoquent particulièrement Sinoué né le 18 février 47, et un autre écho peut apparaître dans la date choisie pour le déroulement du Livre de saphir, 1487 (j'ai une pensée aussi pour la lecture 18-4-7 correspondant dans l'alphabet "bachien" à SDG pour Soli Deo Gloria, "A Dieu seul la gloire").

  Lorsque j'ai découvert les possibilités de ce numéro 2965 début juin, il m'est aussitôt venu l'idée de faire un ambigramme BLACK-WHITE, si possible incluant les valeurs 29-65. Voici le résultat auquel je suis parvenu, sans aucune aide car notre ligne ADSL était alors en panne, et je ne pouvais ni chercher quelles solutions avaient déjà été proposées sur le net, ni demander à mes amis spécialistes, Gef ou Basile.
  Voici donc ce que j'ai obtenu en tâtonnant avec le logiciel Paint (car je n'ai même pas d'outil tactile). Après coup j'ai vu que d'autres avaient suivi la même approche pour BLACK-WHITE, et Gef m'a dit qu'il ne voyait pas mieux pour le problème 29-65.
  Je n'avais pas encore emprunté l'édition originale du Livre de saphir et ne pouvais donc savoir que les Tétragrammes du Livre y étaient inversés lettre par lettre, par erreur de l'imprimeur.

  Il y a une curiosité de numéro à propos de cette édition, son code ISBN à 13 chiffres étant  9782207240809, alors que le code de sa traduction anglaise, 9780967698809, se termine aussi par les chiffres 809.
  Il n'y a aucune raison logique pour cela, car le dernier chiffre du code est obtenu par pondération des 12 premiers chiffres, pour vérifier qu'il n'y a pas erreur. C'est pour cela que les codes ISBN à 10 chiffres, omettant le 978 initial correspondant à la catégorie livre, ont un dernier chiffre différent.
  Ceci  ne vaut d'être mentionné qu'en écho aux Silences de Dieu, où Sinoué a partagé le nombre d'or (1,618) en deux moitiés de 0,809 (soit en anglais .809) entre Dieu et son frère Satan.
   Deux codes de 13 chiffres, or la valeur 26 du Tétragramme YHWH est souvent répartie en deux 13, pour AHD, "un", et AHBH, "amour". Cette valeur 26 de YHWH est donnée dans Le Livre de saphir.
  En cherchant si elle l'était aussi dans Les Silences de Dieu, j'y trouve mention de la 13e partie du match Fischer-Spassky de 1972. Morcar, soit Dieu incarné, la donne pour "la plus remarquable partie du XXe siècle" et bat en ligne un adversaire qui prétendait avoir trouvé une parade au jeu de Fischer. Un hasard m'a fait découvrir en juin que ce match en 21 parties multipliait les coïncidences fibonacciennes : son point culminant a été la 13e partie (13/21), qui a donné un net avantage à Fischer (8-5), et les noms des adversaires ont pour valeurs 68/110 = 34/55.
  5-8-13-21-34-55, qu'ajouter ? sinon que c'est quelques pages après cette mention de la 13e partie que Kathleen calcule la valeur de Morcar, 68 (comme Fischer dont il a repris le rôle).

  Si ni la valeur de YHWH, 26, ni celle de AHD, 13, n'est donnée dans le livre, l'énigme complète est Tout serait dans le nombre 19 et le jumeau en 0,809. Avant de découvrir que 0,809 est la moitié du nombre d'or, les enquêteurs ont envisagé pour 19 la valeur de l'arabe WAHD, "un", attribut de Dieu, de même racine que l'hébreu AHD.

  Avant de lire Sinoué, j'avais eu accès à son oeuvre par deux productions télévisées, d'abord l'adaptation de Des jours et des nuits, diffusée le 1/1/2005, à laquelle j'avais consacré Des blancs et des noirs, puis une mini-série en 3 épisodes dont il avait coécrit le scénario, La légende des trois clefs, diffusée du 20/12/2007 au 2/1/2008. Il s'agit d'une quête actuelle de 3 enfants de 13 ans qui doivent découvrir en 3 jours les 3 clefs permettant d'accéder à 3 Livres de la connaissance, donnant l'accès à un savoir total, ce qui présente de nets échos avec Le Livre de saphir, quête multiplement ternaire d'un Livre divin donnant les réponses à toutes les questions. Dans les deux cas, les Livres une fois découverts se désintègrent après avoir été consultés par les héros.

  J'ai revu la série. Comme dans Le Livre de saphir, il y a deux autres parties qui convoitent l'objet de la quête, une secte templière dépositaire du secret depuis 13 générations, et l'organisation du président Rohmer ayant eu vent du secret par un membre de la secte tombé entre ses mains.
  Je me réjouis de ce nom, car si j'ai découvert dans l'oeuvre d'Eric Rohmer la présence prégnante du nombre d'or, avec de multiples confirmations de ses collaborateurs, le personnage est loin de m'être sympathique, et l'odieux président Rohmer (qui kidnappe Julie Gayet) est apparu juste après l'écriture du billet où je faisais part de mes doutes sur le cinéaste.
  Toujours est-il qu'une des premières scènes du film montre l'un des enfants surdoués passant des tests à la fondation Rohmer. On lui demande d'extraire des racines carrées de grands nombres, ce dont il s'acquitte avec facilité, et la dernière racine demandée est celle d'un nombre de seulement 6 chiffres, 654481, Damien répond aussitôt 809.
  Le début de la série montre l'assassinat du templier par les sbires de Rohmer, et l'intervention du flic qui aidera les enfants dans leur quête. Il arrive au volant d'une Peugeot (la marque au lion) immatriculée 318, nombre qui m'évoque comme plus haut le 31 août.
  318 peut se lire aussi 3/18, le 18 mars à l'américaine, le nombre débutant la "suite d'Amelia" dans la série Touch. Ce billet m'a conduit à découvrir que Jacques de Molay était mort un 18 mars, or dans l'intrigue coécrite par Sinoué les Livres ont été cachés par ce maître des Templiers.
  Le 31 août à l'américaine est le 8/31, et je rappelle l'immatriculation de notre Peugeot, DP-831-WP.
  Les premières séquences de la série ont donc pour maîtres chiffres 318 et 809, qu'avec une légère tricherie j'assimile au 31/8 et au 8/09, les dates essentielles associées à mes découvertes quelques mois plus tard, la lecture de Des jours et des nuits le 31 août, l'intuition sur les dates jungiennes au matin du 8 septembre. Ces dates se trouvent en quelque sorte fusionnées dans le numéro 31809 du Labyrinthe de la rose.
  Je rappelle que le 8 septembre est aussi le premier jour de l'an pataphysique, et remarque la diffusion de l'adaptation de Des jours et des nuits le premier de l'an vulgaire 2005, et celle du dernier épisode de La légende des trois clefs le 2 janvier 2008.

  Je reviens à l'édition originale du Livre de saphir, qui a en couverture une photo d'Eustache Kossakowski extraite du livre Lumières de Chartres, de Anne Prache, or toutes les éditions du Labyrinthe de la rose semblent avoir en couverture le labyrinthe de Chartres.
  En cherchant plus de renseignements sur le livre, je suis tombé sur une bibliographie sur Chartres du blog italien Diakosmesis. Son contenu m'a paru intéressant, et j'ai regardé les articles de la catégorie aritmo-geometria où cette illustration m'a frappé :
  Il s'agit d'un moyen simple de construire les racines successives des entiers. Je ne le connaissais pas, et j'ai copié l'image sur mon ordi, découvrant ainsi que son identifiant était 062314_1809, se terminant par 809. L'image était en tête de cet article, alors le premier de la catégorie.

  J'espère en avoir fini avec les coïncidences 809 et peux passer à autre chose. Je croyais avoir déménagé tous les livres importants de Mézel, et puis début août j'ai trouvé au grenier Le livre de sable de Borges. Je ne sais comment il avait atterri là, car j'avais un rayon Borges/Bioy Casares dans notre séjour, toujours est-il que j'avais oublié ce titre qui offre un écho certain avec Le Livre de saphir (d'autant que mes deux exemplaires sont dans la collection Folio).
  La quatrième de couverture débute par :
Ce livre comporte treize nouvelles. Ce nombre est le fruit du hasard ou de la fatalité – ici les deux mots sont strictement synonymes – et n'a rien de magique.
  Le livre de sable est la 13e et dernière nouvelle, avec tout de même pour sujet un livre magique, au nombre infini de pages qui semblent se renouveler à chaque consultation. Je passe sur les possibilités de ressemblance avec les Livres de saphir et de la connaissance imaginés par Sinoué pour en venir à ce qui me frappe d'abord.
  Le sable est une teinture héraldique, correspondant au noir, et on trouve par exemple dans le blason d'un Lemolleur une épée d'argent, la garde chargée d'un livre de sable enrichie d'argent. Le sable et l'argent sont donc le noir et le blanc, et j'ai été émerveillé qu'en hébreu le mot "sable", HWL, se transforme via l'atbash en SPK, anagramme de KSP, "argent".
  J'ai construit avec ces lettres un Sceau de Salomon, inscrit dans le motif du rond-point créé en 2009 par mon gendre.
  J'y avais associé l'autre Sceau de Salomon atbash BBL-SSK, formé par les deux châteaux triangulaires Wewel-Sisak, découvert au début de 2009. J'avais alors oublié que l'énigme principale du Livre de saphir, lu début août 2008, avait trait à un Sceau de Salomon à l'échelle de l'Espagne, centré sur un château triangulaire. Et le premier indice menant à ce motif était Babel.
  Si Sinoué a imaginé pour les besoins de son intrigue que le château de Montalban était triangulaire, ce château Mont-BLANC existe bel et bien, au centre approximatif de l'Espagne. Le château du Wewel était associé à l'ordre NOIR des SS.
  Je me souviens avoir acheté Le Livre de saphir pour un motif bien précis : "livre" se dit en hébreu sepher, très proche de sappir, "saphir". Ceci n'a pas été alors suffisant pour que j'en achève la lecture (pour autant que je l'ai commencée, j'avoue ne pas m'en souvenir).
  J'avais remarqué l'hébreu SPR (donc "livre" ou "saphir") pour une autre raison. Ma fascination pour le code atbash m'avait fait éplucher tous les mots du dictionnaire pour trouver lesquels codaient pour des mots existants. Les résultats tenaient sur quelques pages, avec fort peu de cas pouvant faire sens. L'un était précisément SPR, donnant HWG, "cercle". Le Livre de saphir insiste à diverses reprises sur l'inscription du Sceau de Salomon dans le cercle.

  Le roman de Sinoué est paru deux mois après l'assassinat de Rabin, et sa prétendue prédiction par le "code de la Bible" a permis au journaliste Michael Drosnin de publier en 1997 un best-seller planétaire. J'ai dit ailleurs ce que je pensais de ce code, m'attachant essentiellement à montrer qu'il existe d'autres "prédictions" dans des textes qui n'ont rien de sacré, ainsi l'assassinat un 4 novembre d'un Rabin par un YGAL pourrait se lire dans une nouvelle de... Borges, précisément.
  Toujours est-il que le principal instigateur de ce code est le mathématicien Eliyahu Rips, et que dans le second volume du Code de la Bible Drosnin a associé son nom au code, car le verset Exode 24,10 montre Moïse et les anciens d'Israël rencontrer Dieu trônant sur des pierres de saphir, ce dont la tradition a déduit que les Tables de la Loi avaient été écrites sur du saphir, sinon la Tora elle-même. Drosnin s'émerveille que le nom du découvreur du code, Rips, RYPS (ריפס), soit l'inverse de l'éventuel premier support de la Tora, sappir, SPYR (ספיר).
  Il est fort possible que Sinoué ait utilisé la tradition des Tables de saphir pour imaginer son Livre, mais hautement improbable qu'il ait connu en 1995 les travaux de Rips, bien que son nom soit apparu dans quelques articles d'une revue communautaire française, je n'ai plus les références exactes sous la main. Aussi je m'émerveille pour ma part de son Livre de saphir, contenant toutes les réponses, originellement donné à Enoch, alors que Eliyahu (l'hébreu pour Elie) Rips a prétendu trouver un savoir infini codé dans la Tora. Je rappelle les valeurs en hébreu de Elie/Enoch, 52/84, identiques à celles de JUNG/HAEMMERLI. Baruel, celui qui veut transmettre le Livre à son ami le rabbin Samuel Ezra, était en train d'étudier le midrash Tanna devei Eliyahu (où Elie parle à la première personne) lorsque le Livre lui a communiqué son premier message.
  Le rabbin Ezra meurt juste après avoir découvert le Livre de saphir, pleinement rasséréné car le Livre miraculeux lui a communiqué ce qu'il en attendait. Ceux qui suivent Rips pour penser que la Bible prédisait l'assassinat de Rabin pourraient s'interroger en constatant qu'au moment où était planifié l'attentat Sinoué imaginait la mort d'un rabbin devant un livre de saphir, qui dans la première édition du roman affichait des lettres hébraïques écrites à l'envers.

  Le second volet du Code de la Bible exploitait la prétendue prédiction du 11 Septembre, avec en couverture une matrice de lettres dont voici ma version, analysée ici. J'y signalais aussi d'autres "prédictions", profanes, du 11 Septembre, mais pas Le Livre de saphir dont ma lecture avait été peu attentive en 2008.
  Sinoué y a donc imaginé 6 énigmes permettant de découvrir 6 triangles formant un Sceau de Salomon. Le 5e triangle est trouvé à Teruel, dans l'une des tours jumelles qui caractérisent le lieu, San Martin et San Salvador. Le 1er triangle avait aussi été trouvé dans une tour, avec pour indice Babel, et j'ai vu quelques indices troublants dans Cité de verre de Paul Auster (1985), dont l'un des personnages est obsédé par l'idée que New York serait la nouvelle Babel, condamnée à subir les foudres du Seigneur en 1960. Cette idée vient d'un certain Henry Dark ("sombre"), commentateur du récit biblique de Babel qui occupe les 9 premiers versets du chapitre 11 de la Genèse, ce qui apparaît explicitement dans le texte, et l'obsédé enferme son fils pendant 9 ans à partir de 1960. Le fils doit ensuite passer 11 ans à l'asile avant d'être jugé apte à affronter le réel...
  Ce double 9-11 dans une New York condamnée à subir les foudres du ciel m'a bien sûr évoqué ce que les Américains nomment 9/11, avec un autre écho : le livre de la Genèse est nommé en hébreu béréchit, son premier mot, "dans le commencement", avec 911 valeur de réchit, "commencement".
  Or dans Le Livre de saphir il y a Babel, avec mention explicite du chapitre 11 de la Genèse, des tours jumelles, et béréchit qui constitue le dernier indice menant à la cache du Livre. Je suis revenu sur Cité de verre dans ce billet, où j'étudie aussi La tour de Babel, roman de AS Byatt publié en 1996, comme Le Livre de saphir. Relisant le billet, j'y retrouve que 1996 est dans la chronologie hébraïque la date de la destruction de Babel, 340 ans après le Déluge.
  L'exégèse juive a rapproché ces 340 ans de la valeur de Shem, premier patriarche après le Déluge, et je rappelle que ce nom est composé des 21e et 13e lettres de l'alphabet hébreu. La tour de Babel et Cité de verre ont 21 et 13 chapitres.
  Il est question de la suite de Fibonacci dans La tour de Babel, la tour elle-même étant associée au nombre d'or par sa spirale.

  J'abandonne ici le 9/11 tant les échos déjà explorés et possibles développements sont vertigineux.
  Je reviens sur le texte essentiel pour moi en 21-13 chapitres, The Greek Coffin Mystery divisé en deux livres de 21 et 13 chapitres, avec des titres en un seul mot donnant en acrostiche le titre et BY ELLERY QUEEN. L'enjeu de l'intrigue est un tableau volé de Léonard de Vinci, un nom souvent associé au nombre d'or, et le format de la toile, environ 4 pieds sur 6, est compatible avec un format d'or.
  Le Livre de saphir est donné au chapitre 34 comme d'environ un coude sur un coude et demi, ce qui est exactement la même proportion, avec toujours cet "environ" permettant d'envisager un format d'or idéal.
  Le récit de la découverte du Livre de saphir dans les souterrains du château "triangulaire" de Montalban peut, par la lumière surnaturelle qui règne en ce lieu, évoquer le Songe de Poliphile, ou la découverte du tombeau de Christian Rosencreutz, ce qui a encore de multiples échos pour moi, l'acrostiche du Songe de Poliphile, se répartissant entre ses deux livres en 24/14 lettres de valeur 252/156 = 21/13, les diagonales BELCROIX/ROSENCREUTZ données par les chapitres de Lieux-dits de Ricardou et de mon projet Novel Roman. Chez Sinoué, le dernier triangle est découvert à Caravaca della Cruz, où serait apparue en 1232 la vraie croix.

  A nouveau la piste Lieux-dits renvoie via Atta et tours jumelles du paquet de Pall Mall  aux prémonitions du 9/11...
  Une raison qui m'avait conduit à imaginer dans Novel Roman le polar Un cercueil s'ouvrira en 11 chapitres, traduction de Trois cercueils se refermeront en 33 chapitres, était la traduction française de The Greek Coffin Mystery, le premier Queen traduit en 1934, devenu Deux morts dans un cercueil, en 33 chapitres non titrés (collection Détective chez Gallimard).
  Il faut avouer que la contrainte que s'était imposée Dannay (Queen) a pu amener quelques lourdeurs dans le récit, ainsi le premier chapitre de la seconde partie est essentiellement un résumé de ce qui s'est passé dans la première. Ce premier chapitre se réduit à 12 lignes dans la traduction française, et a été logiquement fusionné avec le chapitre suivant.
  Logiquement ? Peut-être pas tant que ça car une autre traduction est parue en 1954, dans la collection Oscar chez Denoël (premier éditeur de Sinoué, passé chez Gallimard après Le Livre de saphir). Dans cette autre version le chapitre 22 suit rigoureusement l'original, mais le roman a encore 33 chapitres, toujours non titrés, car cette fois les chapitres 24-25 ont été fusionnés, avec des coupes sévères qui nuisent à la compréhension de l'intrigue. C'est hélas cette version, légèrement rénovée, qui a été reprise dans l'édition J'ai lu, la plus accessible.
  Je remarque que ces fusionnements touchent des couples de lettre de l'acrostiche initial pouvant faire sens, ainsi dans le premier cas BY est le seul mot de deux lettres de l'acrostiche. C'est par ailleurs ainsi que sont souvent transcrites les lettres hébraïques beth-yod, devenant par atbash SM, 21e et 13e lettres.
  Tiens dans cette édition presque entièrement consultable sur GoogleBooks, les chapitres BY achèvent la première page de la table des matières.
  Dans l'autre cas ce sont les chapitres correspondant à EL qui ont été fusionnés, or El est le diminutif courant d'Ellery, avec une signification en hébreu probablement exploitée par Queen dans Et le huitième jour..., où Ellery devient El Roï, "Dieu voit", pour les membres d'une étrange communauté néo-essénienne du Nevada.
  Les mots hébreu BY et AL (el, "Dieu") ont pour valeur 12 et 31, se renversant en 21 et 13.

  Concernant les échos entre Queen et Sinoué, je remarque que les fameux triangles sont en airain, alliage selon le texte de cuivre, d'argent et d'étain. Je n'ai trouvé nulle part trace d'argent dans la composition de l'airain, mais ceci me rappelle que les deux morts du cercueil queenien sont Khalkis, nom grec signifiant "cuivre", et Albert Grimshaw, initiales AG, symbole de l'argent. Les numéros atomiques de Cu et Ag sont 29 et 47, correspondant dans la suite de Lucas à 13 et 21 dans la suite de Fibonacci.

  J'ai donc rapproché le Sceau de Salomon de Sinoué, centré sur un château triangulaire, des deux châteaux triangulaires Wewel et Sisak découverts lors de mon enquête sur le codage atbash de BBL en SSK. Peu après la découverte de ces châteaux, la lecture en février 2009 de Un lieu incertain de Fred Vargas m'a fait découvrir que le lieu concerné, KISLOVA (où je retrouvais les consonnes de VVLSSK) se situe à la latitude 44°44'. J'ai suivi le parallèle 44°44' qui traverse la France, et ai été étonné de le voir traverser la commune de Cessac en Gironde, où j'avais jadis fait les vendanges à deux reprises.
  L'étonnement est passé à la stupéfaction lorsque, cherchant les coordonnées de Babel, Babil de son nom actuel irakien, GoogleMap m'a appris qu'il y avait un seul autre Babil, un lieu-dit de Gironde à 34 km de Cessac. Ceci m'a fait construire ce Sceau, en-deçà des Pyrénées, ce qui ne signifie pas que celui de Sinoué au-delà soit une erreur :  Ceci est donc passé par Fred Vargas, or l'un des trois membres du groupe en quête du Livre est le moine Rafael Vargas, que les autres nomment souvent fray Vargas (fray titre honorifique).

  J'observais dans le précédent billet que le Sceau à l'échelle de l'Espagne pouvait réconcilier les divergences entre Jung et Pauli sur le symbole de la totalité, pour Jung une quaternité 3-1, pour Pauli une symétrie 3-3 parfaitement illustrée par le Sceau de Salomon.
  Nous avons reçu lors de l'achat de la maison d'Esparron plusieurs jeux de clés, et j'ai remarqué il y a peu que la clé principale, celle dont nous nous servons le plus, ouvrant la porte-fenêtre du séjour, était en trois exemplaires, sous deux formes. Deux exemplaires portent le code Y00654, or la valeur de BBL est 34, celle de son atbash SSK 620, l'ensemble donnant 654.
  L'autre clé porte UN3, que je suis tenté de lire UN-3. Je rappelle que dans l'autre sens, LBB signifie "coeur" et KSS "comme six".
  Ce 1-3 me rappelle que, l'an dernier, phrère Laurent a exposé ses récentes explorations picturales sous la signature 123, déduite de ses initiales LC lues 12-3. Je lui avais fait remarquer que
LAURENT CLUZEL = 91+79 = UN DEUX TROIS (35+54+81)
  Il s'est trouvé que le catalogue de l'exposition lui a attribué le nom
ALAIN CLUZEL = 37+79 = 116, les initiales AC menant à
UN TROIS = 35+81 = 116
  37-79, le numéro des Silences de Dieu dans le Livre de Poche est 37079 (je rappelle que Laurent a été l'élève aux Beaux-Arts de Dijon de mon cousin Romain Souverbie, très concerné comme son père par le nombre d'or).

  Je reviens sur le numéro 2965 du Livre de saphir, lu plus haut comme 29-65, BLACK-WHITE. Je rapproche ceci de Larchmütz 5632 de JB Pouy, où 5632 est le numéro tatoué dans l'oreille d'une vache noir et blanc, or 56-32 = NOIR-BLANC, et Pouy a été le premier surpris de cette adéquation, bien que la gématrie ne lui ait pas été étrangère.
  Pouy a aussi fait les Beaux-Arts, et a été professeur de dessin.

  Le noir et blanc de la robe des animaux se dit aussi "pie", et lorsque j'ai découvert en 2005 les répartitions voyelles/consonnes 51/83 des séries AEIOU/LNRST (les 10 lettres présentes dans chaque "vers" des hétérogrammes d'Alphabets) et AEIOU/DLMPRT (les 11 lettres composant le titre La Marie du Port du Folio Policier fantôme n° 134, 51+83), mon enthousiasme m'a fait composer un sonnet composé de 34 de ces séries, réparties en 21 pour les quatrains et 13 pour les tercets. Ceci n'était pas motivé par mon obsession 21-13 alors balbutiante, mais par la volonté de respecter la division de l'alphabet 217/134 avec 351 lettres pour le sonnet (351 valeur des 26 lettres, nécessitant 34 séries, 23 de 10 lettres, 11 de 11 lettres).
  J'avais encore utilisé la série AEIOULNRST pour donner un titre au sonnet, respectant bien sûr la répartition dorée 51/83, et ma première idée a été
L'art / si noué = 51/83
  Je ne sais plus si j'ai pensé alors à l'auteur Sinoué, dont j'avais quelque part Le Livre de saphir, à peine entrouvert, et dont j'ignorais évidemment sa publication deux ans plus tôt d'un polar métaphysique utilisant le nombre d'or, toujours est-il que j'ai modifié le titre en L'art noué (si...) lorsque je l'ai envoyé à la ListeOulipo.
Voici ses deux premiers vers : 
Or, sainte lueur isolant l'art du pie, 
Mol étain, sourd aloi, permutation,
  L'écriture à contrainte conduit à des énoncés parfois tortueux, et ce "pie" était d'abord pour moi un mot possible, séduisant par sa polysémie, "saint" ou "noir et banc", je ne sais plus si je privilégiais alors l'un ou l'autre sens, mais la proximité de "si noué" (ou "noué si") et de "pie" m'émerveille, dans les deux cas (je pense notamment au jeu "sable/argent" évoqué plus haut, via l'hébreu hol/kessef : hol signifie aussi en hébreu "profane", alors que hol(y) est "saint" en anglais).
  Et vient ensuite l'étain, un des éléments composant l'airain des triangles de Sinoué, gouvernant la répartition de son roman en 21-13 chapitres, mais aussi l'élément traditionnellement associé à la planète Jupiter, à laquelle correspond aussi le carré magique d'ordre 4, de constante 34 avec une répartition verticale 21-13 à laquelle je n'ai prêté attention qu'après mes découvertes sur Haemmerli-Jung. C'est cette constante 34 qui a conduit Titania Hardie à donner 34 chapitres à son Labyrinthe de la rose.

Note du 30 septembre : Je ne sais comment j'ai pu omettre dans ces billets sur les 34 chapitres du Livre de saphir les 55 chapitres du Chemin de la lumière, auquel j'avais précisément consacré le billet du 31 août précédent, intitulé précisément Le chemin de la lumière.
  Je ne sais non plus comment je n'ai pu voir les 34 chapitres du Livre de saphir à sa première lecture, survenue juste après celle des Silences de Dieu, parce qu'il y était question du nombre d'or. Sinon je n'aurais pu manquer de m'extasier lorsque la lecture trois semaines plus tard de Des jours et des nuits m'a aussitôt évoqué les romans minoens de Halter, notamment Le chemin de la lumière, auquel j'avais dès 2003 consacré une page, donnant sa structure en deux parties de 13-42 chapitres, la seconde pouvant se subdiviser en 21-21. Un objet réel joue un rôle essentiel dans le roman, le kernos de Malia, couronne de pierre comptant 34 cupules.
  Consultant cette page sur le palais minoen de Malia, j'y apprends qu'un quartier au nord-est du palais est appelé "quartier Mu" (M-U lettres 13-21 de notre alphabet).

   J'ai profité de ce 21/13 pour mettre en ligne sur Quaternité la récapitulation des coïncidences 21-13 que j'avais d'abord donnée sur Blogruz. Les 55 chapitres du Chemin de la lumière y constituent le cas 55.