20.10.11

Triangles

Je reviens à nouveau sur les dates essentielles de l'échange Jung-Haemmerli.
Sur ce billet de 2008, je faisais un premier commentaire des seules dates précises connues sur la maladie de Jung en 1944 :
- 11 février, fracture du pied de Jung, expédié à la clinique de Haemmerli;
- 4 avril, lever de Jung et alitement de Haemmerli, 53 jours après le 11/2;
- 30 juin, mort de Haemmerli (très voisine de la sortie de l'hôpital de Jung), 87 jours après le 4/4.
53-87 est le partage doré optimal de la somme 140, remarquable car à Jung-Haemmerli correspondent les valeurs numériques 52-84, également en rapport doré. Je suis revenu à maintes reprises sur la correspondance avec les mêmes valeurs numériques des noms hébreux Elie-Enoch, les deux seuls personnages de l'Ancien Testament montés au ciel de leur vivant.

En mai dernier, ce billet m'amenait à une autre équivalence dorée en hébreu, le couple soleil-lune, 'hama et levana, 53-87, encore remarquable car en 1950 Jung avait gravé, à gauche et à droite de Télesphore symbolisant sa guérison de 1944, les symboles du soleil et de la lune.
La pierre de Bollingen pourrait ainsi correspondre à un exact calendrier de la maladie de 44 :
Puis j'ai cherché début juin dans mes notes et index quelles correspondances la Kabbale avaient établies avec les deux astres, et ai particulièrement noté une exégèse du Bahir, l'un des tous premiers manifestes de la Kabbale, où les jumeaux de Thamar, Zerach et Perets, sont homologués au soleil et à la lune.
Je fus bouleversé en découvrant le 6 juin un nouveau sujet Zerach sur le forum Unus Mundus. Zerach n'est pas un personnage si connu, et la pertinence du sujet sur le forum n'était pas immédiate.

La suite de l'affaire devait multiplier les curiosités. L'ouverture du sujet, due au canadien Pascal B, se limitait à un extrait d'une page d'un livre, Crown Diamond of the Believers - Tree of Life. Il s'avèrerait qu'il s'agissait de la page 136 (soit 52+84) et que Zerach et Perets y étaient homologués aux lettres hébraïques Bet et Lamed, données sous des formes archaïques que je n'avais pas reconnues. Il s'agit des lettres composant BaBeL et LeBaB, deux mots essentiels dans mes diverses investigations.
La veille de ce 6 juin, mon regain d'intérêt récent pour la tradition juive m'a fait regarder l'émission Judaïca, consacrée au Décalogue, deux jours avant la fête de Shavouot. J'y ai capturé cette image, pour les deux lions tenant le Sceau de Salomon. Le lion (LBYH en hébreu) a joué un rôle essentiel dans mes explorations babéliennes.
Après coup, je remarquais le mot mizrach au-dessus du Sceau de Salomon. C'est un mot dérivé du verbe zarach, "briller", comme Zerach, désignant la direction de l'Est, le côté où "ça brille". Je ne suis pas certain que ce mot soit relié au reste de l'image, mais il peut s'expliquer, car le monde antique s'orientait vers l'orient, précisément, et dans une représentation spatiale le haut d'une figure correspondait à l'est.

Je crus bon de rappeler les grandes lignes de l'histoire de la naissance des fils de Thamar (Gn 38), qui fut d'abord la femme d'Er, qui fut mauvais aux yeux de YHWH, lequel le fit mourir. On n'en sait pas plus, mais cette expression "aux yeux de YHWH" n'a qu'une occurrence antérieure, en Gn 6,8 : "Noé trouva grâce aux yeux de YHWH."
La grande curiosité de ces deux occurrences est que dans chaque cas le personnage visé par les yeux de YHWH devient sa rétrogradation :
- Noé, NH, trouve grâce, HN;
- Er, OR, est mauvais, RO.
Cette rétrogradation est frappante par sa proximité avec Perets, le nom originel de la famille Perec, car PRC (briser) se renverse en CRP (purifier), racine du tserouf, gamme de procédés alphabétiques visant à enrichir la signification d'un mot. Parmi ces procédés il y a l'anagramme et le palindrome, et je m'émerveille de ce que Perec, spécialiste de ces techniques, ait eu un nom étant lui-même l'anagramme ou le palindrome du terme hébraïque correspondant.
J'avais jadis cherché s'il existait un sens au rebours de Zerach, ZRH (briller), et n'en avais pas trouvé dans mon dictionnaire d'hébreu biblique. Une nouvelle recherche dans un autre dico m'apprit que HRZ existe néanmoins, depuis longtemps, et signifie "rimer". Je m'émerveille à nouveau que le choix de Perets aux dépens de Zerach pourrait correspondre, "aux yeux de YHWH", à l'élection de la littérature à contrainte aux dépens de la banale poésie rimée.

Pascal B intervint à nouveau sur le forum, en signalant que les "yeux de Dieu" étaient traditionnellement le Soleil et la Lune. J'ignorais cette homologation, pourtant assez immédiate, et je pus la vérifier.
Cette remarque, immédiatement éclairante, s'avéra ensuite lumineuse à la limite de l'aveuglement, et de fait il fallut près de 4 mois pour que mes yeux non divins se dessillent.
Ce 2 octobre, je me suis réveillé avec en tête l'idée que dans l'expression "aux yeux de YHWH", le mot "yeux" avait en hébreu la valeur 140, somme de 53 et 87, valeurs de "soleil" et "lune".
C'est exact, mais cette intuition au réveil m'étonne bien moins que celle qui m'a révélé le 8 septembre 08 le motif 4-1 dans la vie de Jung. En fait je ne comprends pas comment la relation a pu m'échapper, alors que j'ai eu l'expression sous les "yeux", en hébreu, au moment où je m'intéresssais au motif 53-87-140.

Sans doute faut-il approfondir; le mot "oeil" est en hébreu 'ayin, qui est aussi le nom de la 16e lettre de l'alphabet, qui avant de devenir ע en hébreu carré avait la forme ronde d'un oeil, O, et c'est d'ailleurs l'ancêtre de notre O, lettre qui débute le mot Oeil dans bien des langues, Ophtalmos en grec, Oculus en latin. Ces différents symboles figurent souvent sur l'arcane 16 du Tarot.
La lettre hébraïque O a pour valeur 70, soit la moyenne entre 53 et 87.
Ecrit pleinement, le mot "oeil" est OYN = 130, qui fait au pluriel OYNYM = 180.
La forme construite ("yeux de") est OYNY = 140.

L'arcane 16 du Tarot est la Maison-Dieu, ou la Tour, généralement associée à la tour de Babel, tiens...
Je connais très mal le Tarot, et je redécouvre en me renseignant sur la Maison-Dieu que les trois arcanes suivants sont l'Etoile, la Lune, le Soleil, tiens tiens tiens...
En hébreu le mot "étoile", kokav, est l'appellation usuelle de Mercure. Je rappelle que sur la pierre de la Tour de Bollingen figure, entre les grands symboles du Soleil et de la Lune, celui de Mercure.
Peut-être faudrait-il parler de la Maison d'Yeux, et les Trois Yeux éventuels se sont invités dans le sujet Zerach, avec le symbole Pax Cultura initié par Nicholas Roerich, un symbole qui m'a aussitôt évoqué ce que j'ai appelé le "Château de Sisak", en référence à Babel.
Ce symbole a été mentionné par Suzanne, de l'hébreu shoshana, "lis", qui pourrait être la source du Sceau de Salomon.

Il faudrait renvoyer à toutes mes pages sur Babel et le Sceau de Salomon, alors que je n'ai fait qu'aborder un point issu de l'assimilation des "Yeux de Dieu" au Soleil et à la Lune.
L'expression "oeil de Dieu" m'a bien plus vite rappelé quelque chose, déjà abordé sur le billet St Erbrand.
J'ai donné le 23 avril 08 sur Blogruz le résultat de mes premières collaborations avec ma compagne Anne en vue de réaliser des patchworks dorés. Un hasard m'a fait découvrir en juin 2010 que notre premier essai, baptisé ultérieurement 813, a été réalisé le 4 avril 08, selon le témoignage de l'unique photo conservée, prise au soir de ce 4/4 qui était aussi le 13/8 du calendrier pataphysique.
Il s'agissait de 4 itérations de carrés fibonacciens de 13-21-34-55 unités, autour du rectangle jaune initial de 8x13 unités (des demi-centimètres). Le dernier carré réalisé en ce 4/4 était donc une imbrication de 4 carrés chacun répartis en 4... Ce 4/4, qui ne m'avait alors pas frappé, était le 4e anniversaire de ma première perception du 4/4/44 jungien en tant que date schématique, grâce au hasard du 4/4/4 relaté sur mon premier billet.
Toujours est-il que cet essai nous a semblé assez concluant pour passer à la réalisation du Patch-Quilt, 6 carrés utilisant la même unité, avec un découpage différent. L'assemblage des pièces achevé, je remarquais la propriété de deux diagonales, et j'ai demandé à Anne de la magnifier par un quiltage approprié.
4 mois plus tard, fin août, je lus The Golden Ratio: The Story of Phi, the World’s Most Astonishing Number, livre de Mario Livio. J'y découvris, entre autres, que la propriété de ces mêmes diagonales d'un rectangle d'or était connue, et que le mathématicien Cliff Pickover avait baptisé leur intersection "oeil de Dieu" (Eye of God).
A remarquer de plus l'exacte similitude de la figure proposée et de notre création, avec 6 carrés ajoutés à un rectangle d'or initial.
Quelques jours plus tard a eu lieu une découverte dont j'aurais probablement oublié les circonstances si je n'en avais fait part à la liste Oulipo dans un message du 5 septembre :
je me suis réveillé cette nuit avec en tête que "oeil de dieu" était pratiquement un parfait palindrome de phonèmes, [øjdedjø].
Je ne peux aujourd'hui mieux préciser ce qui s'est passé, et je ne crois pas y avoir pensé trois jours plus tard lorsque m'est venue l'intuition sur la vie de Jung. Si ces intuitions nocturnes ne me sont pas coutumières, je peux néanmoins en citer près d'une dizaine de cas, concernant le plus souvent des découvertes que j'aurais pu faire "normalement", contrairement au calcul peu immédiat des nombres de jours entre le 26/7/1875, le 4/4/44 et le 6/6/1961.
Il est arrivé que la date d'une telle intuition soit significative, ainsi le 13/4 2005 je me suis réveillé avec une intuition sur le nombre 134. Le 5 septembre est une date reliant deux oeuvres bien distinctes, avec d'autres éléments :
- La première nouvelle des 8 Coups de l’Horloge, de Leblanc, est intitulée Au sommet de la tour. Lupin y découvre un 5 septembre un double meurtre qui a eu lieu exactement 20 ans plus tôt, un dimanche 5 septembre.
- Dans le 8e chapitre des 500 Millions de la Bégum, de Verne, l'espion Marcel Bruckmann, devenu le Suisse Johann Schwartz, est admis un 5 septembre "au sommet de la Tour du Taureau", où l'abominable Herr Schultze lui dévoile son plan diabolique pour anéantir France-Ville avec un énorme obus contenant assez de gaz carbonique liquide pour asphyxier la ville. Schultze a eu cette idée après la mort accidentelle du jeune mineur Carl, exactement un an plus tôt, un dimanche 5 septembre.
J'avais repéré un faisceau de coïncidences avec les anniversaires un 5 septembre "au sommet de la tour", le dimanche originel, l'importance du 8 dans le recueil de Leblanc, mais je n'avais alors aucune raison d'attacher de l'importance au jeune (jung) Carl. En écrivant ceci il me revient que La Tour est le 8e des 13 chapitres de Ma Vie...

Mon message du 5 septembre sur l'Oeil de Dieu était illustré de 8 vers et de leurs palindromes phonétiques, rapidement composés, dont voici les deux premiers :
si vrai servi, le saint museau, c'est l'Oeil de Dieu !
Oeil de Dieu, laisse aux humains ce livre-service !
si l'opale émet offense, c'est l'Oeil de Dieu !
Oeil de Dieu, laisse sans faute aimer la police !
8 paires de vers font 16, rang de la lettre 'ayin, "oeil"... Je n'y pensais pas.
Plus j'ai de recul, plus il me semble que mes différents intérêts sont inséparables de mon intuition du 8 septembre, sans que j'envisage de pouvoir jamais l'expliquer.
Voici un autre exemple de l'inextricabilité de cette approche, avec le 3e patch doré concluant la série dont j'ai présenté plus haut les deux premiers spécimens. Je n'avais pas été entièrement satisfait des tissus choisis par Anne pour le second patch, peut-être à cause de mon daltonisme, et j'avais voulu explorer l'idée des partages en diagonale avec seulement deux tissus unis, et l'exploration des courbes.
Ceci donna naissance à Fiorenacci, qui fut exposé le 14 juin 2008 aux Flâneries d'Aix, avec les fleurs en résine de notre gendre Sébastien Orry, talentueux architecte paysagiste.
Je n'ai rien de plus à en dire ici, sinon que nous étions présents à Aix ce samedi, et que j'en ai profité pour une escapade à la bibliothèque Méjanes, comme à chacun de mes passages à Aix. Si le lien avec les patchs dorés n'est que temporel, et si j'aurais pu faire cette découverte lors de toute autre visite à la Méjanes, c'est ce 14 juin que j'ai remarqué le recueil de nouvelles de 2004 Le dernier homme, où un texte de Sébastien Lapaque, Le mot de la fin, m'a retenu.
C'est une histoire aux multiples références perecquiennes, présentée comme le journal de Franck Dumoncel, témoin de la privatisation progressive de l'alphabet, jusqu'à l'amendement "esarlintou" daté d'un 3 mars, garantissant l'accès libre aux 10 lettres les plus usitées. C'est une claire allusion aux textes hétérogrammatiques de Perec, particulièrement à Alphabets, dont chacun des 1936 vers est composé de ces 10 lettres + 1 autre qui aurait pu être rendue par le ® (registered sign) qui envahit peu à peu le journal de Dumoncel (dans l'édition originale des hétérogrammes de La Clôture, les lettres jokers, une par ligne, sont remplacées par le signe § dans les matrices accompagnant les poèmes).
Alors que j'ai découvert une architecture dorée dans Alphabets, jusqu'à révéler une structure dorée de l'alphabet même, car à ces 10 lettres les plus usitées en français ESARLINTOU correspond la valeur 134, parfaite section d'or de la valeur 217 des 16 autres lettres, je m'étais émerveillé qu'au nom de ce témoin de la disparition de ces 16 lettres correspondent des valeurs en rapport d'or :
FRANCK / DUMONCEL = 53 / 87
Je m'étais demandé si le nom Dumoncel n'avait pas été conçu, en permutant deux lettres, à partir d'une expression triviale évoquant une partie de l'anatomie souvent comparée à la lune, et voici que 87 est précisément la valeur de levana, "lune", mais aussi "blanche", mot évocateur dans le contexte perecquien, où le blanc E a été banni de La Disparition (maintes fois signifié par le mot "blanc", mais jamais bien sûr par "blanche"). Lors de la première privatisation, touchant les 4 lettres WXYZ, l'éditorialiste Paul Joncaille (= 50/81, autre nom doré) remarque que Georges Perec (= 76/47, autre nom doré) aurait adoré cette quadruple disparition.

Lors de ce passage à la Méjanes le 14/6/08, j'ai aussi découvert le roman Voyage au centre du mystère (1995), où René Reouven imagine un fils caché de Jules Verne qui aurait commencé sa carrière criminelle en 1870, en tuant son ami Isidore Ducasse dont la nouvelle orientation de l'oeuvre lui semblait trahir leur commune haine de l'humanité. Il y est donné un détail qui m'a frappé, dont je viens de vérifier la justesse : Isidore Ducasse fut inhumé le lendemain de son décès, 25 novembre, au cimetière du Nord dans une concession temporaire de la 35e division (n° 9257 du registre des entrées de 1870). Je connais bien les nombres 35-57-92 qui forment une série dorée remarquable, car leurs triples 105-171-276 correspondent toujours au partage doré optimal de 276, et ces nombres sont des "triangulaires" (les sommes des nombres de 1 à 14-18-23).
Je faisais sur mon billet blogruz divers commentaires liés à mes préoccupations d'alors, qui ne concernaient alors guère le 4 avril, jour de naissance en 1846 de cet Isidore (et sa fête) qui se proclamerait ultérieurement comte de Lautréamont. La fulgurance de sa trajectoire m'a fait m'interroger sur sa durée de vie, et découvrir qu'il avait vécu exactement 9000 jours, du 4/4/46 au 24/11/70.

L'année 1870 m'est depuis peu importante, après la relecture de L'insolite aventure de Marina Sloty, où la date du 4 avril est centrale pour cette voyageuse temporelle.
J'avais étudié sur cette page le laps de 140 jours séparant ses deux sauts volontaires dans le temps, le 4 avril et le 22 août (1870-1959), sans penser alors aux 140 jours d'hospitalisation de Jung en 1944. Décidément ma pauvre cervelle est anémique, et je me demande ce qu'un esprit vraiment affûté pourrait tirer de toutes mes connaissances, méconnaissances et inconnaissances... Heureusement que les intuitions nocturnes viennent parfois pallier à mes déficiences.
Parce que le partage doré 45-28 de 73 jours (s'achevant le 4 avril) semblait souligné dans le roman, j'avais imaginé sa multiplication par 5, soit le partage de 365 jours en 225-140, éventuellement significatif dans le roman, bien que le partage doré optimal de 365 soit 226-139.
Toujours est-il que ceci m'avait fait évoquer un autre roman où le 4 avril est crucial, Le Triangle d'Or qui débute la nuit du 3 au 4 avril 1915 (la nuit de Pâques) avec une étrange pluie d'étincelles qui mène le capitaine Belval vers la demeure du sinistre Essarès qui a assassiné son père 20 ans plus tôt un autre dimanche de Pâques (le même laps de 20 ans jour pour jour qu'on retrouve dans Au sommet de la tour).
En fait Belval père avait survécu, et préparait sa vengeance en étant devenu le secrétaire d'Essarès sous le nom de Diodokis, mais il est assassiné ce dimanche de Pâques 4 avril par Essarès, qui prend sa place, brouillant les cartes dans cette intrigue échevelée qui semble avoir inspiré Raoul de Warren par sa récursivité temporelle.
Je reste ébahi devant les possibilités gématriques, que je répète encore :
TRIANGLE + D'OR (LE) = 86 + 54 = 140
ESSARES = 86
BELVAL = 54
DIODOKIS = 86
Comme vu plus haut, le partage doré entier optimal de 140 est 87-53, mais il s'agit d'un nombre assez peu favorisé, car 140/Phi = 86,52..., à arrondir à 87, alors que la série Bleue du Modulor utilise communément les valeurs 54-86-140, double des valeurs de la série Rouge 24-43-70.

Je me sens au bord d'un abîme où il est dangereux de s'aventurer plus avant, sachant qu'il existe des liens puissants entre Verne et Leblanc, comme celui abordé plus haut, et que l'irruption de l'auteur de Maldoror vient magnifier, Maldoror qui professait des idées qui m'avaient marqué dans mon adolescence :
Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! (Chant II, 10)
Le triangle d'or ou triangle lumineux me rappelle mon "château de Sisak" ou le symbole Pax Cultura dont j'ai appris l'existence par Suzanne le 6/6 dernier. Le vrai nom de René Reouven est Sussan.

Je comptais au départ de ce billet explorer les résonances avec mes intérêts divers, par exemple le nom de Sébastien Lapaque qui fait le lien entre Bach et Pâques, mais les développements imprévus me portent à clore ici, en ne me résignant cependant pas à éluder quelques coïncidences de dates rencontrées pendant l'écriture du billet.
Ainsi le 6/6 du sujet Zerach initié par Pascal B était-il le 50e anniversaire de la mort de Jung, le 6/6/61. La veille du jour où j'ai débuté ce billet, 19 octobre, le compteur de notre voiture franchissait le km 66061. J'étais particulièrement attentif à cette date après avoir visité 20 jours plus tôt l'exposition Le Livre Rouge au musée Guimet, où on pouvait voir un curieux document, la carte d'étudiant de Jung à la faculté de Médecine de Paris en 1902, bizarrement établie au nom CHARLES JUING. Ce nom se trouve offrir la gématrie 66/61, étrange prédestination (éventuellement double puisque juing est la forme ancienne du mois de juin).

J'ai cherché s'il existait des homologations de l'arcane 17 du Tarot, l'Etoile, à Mercure, et n'ai rien trouvé de décisif, mais l'un des premiers résultats de ma requête était un article du blog Lieux secrets du Pays Cathare, daté du 4 avril 2008, le jour même où nous réalisions notre premier patchwork doré. Le mot Mercure est absent de l'article, mais son symbole figure dans l'en-tête du blog.

A proximité du 20 octobre, j'ai choisi cette date, anniversaire des naissances de Rimbaud et Queen, déjà utilisée en 2008 et 2010. La recherche précédente m'a aussi mené à Arcane 17, le texte de Breton, achevé à Percé le 20 octobre 1944.
Ce texte peu clair mentionne en sa fin la correspondance de l'Etoile avec la lettre hébraïque Phe, et ceci me rappelle que sa valeur 80 est aussi le numéro atomique de l'élément mercure.

Une dernière petite chose, après relecture du billet. Je me suis rappelé avoir nommé notre réalisation avec l'oeil de Dieu (qui devait révéler ensuite son aspect palindrome) Patch-Quilt pour une raison gématrique, les mots patch et quilt appellations courantes de ce type d'ouvrage étant en rapport doré, 48-79. Or il s'agit également des valeurs de Unica Zürn, grande obsédée de l'anagramme, née un 6 juillet comme moi, dont le nom m'est venu juste avant l'intuition sur les 4/5es de la vie de Jung le 4/4/44.
Il y a une parenté certaine entre l'anagramme et le patchwork, permettant d'élaborer de multiples oeuvres à partir d'un même échantillon d'éléments, lettres ou pièces de tissu.

Aucun commentaire: