31.12.10

et Cetera

J'ai eu il y a peu l'occasion de parler de mes recherches jungiennes à quelques "profanes", et me suis à nouveau rendu compte que, si l'histoire de l'échange Jung-Haemmerli suscitait une réelle curiosité, il n'en allait pas de même des circonstances annexes du 4/4/44 et de l'équilibre idéal 4-1 de la vie de Jung autour de cette date.
Pourtant le cas Jung-Haemmerli serait assez quelconque s'il ne touchait deux personnalités, et il existe de multiples cas bien mieux documentés de morts prédites dans les plus étranges circonstances, comme celui d'Amy Hardie relaté dans son film Juste un rêve diffusé récemment sur Arte.
Cependant, quoi qu'on pense du témoignage de JungJung para principiantes (2004)ISBN 9789879065044, il est assuré qu'il a donné à plusieurs reprises comme seule date clé le 4/4/44, longtemps avant une mort tout à fait "naturelle" le 6/6/61, 6272 jours après le 4/4/44, avant lequel il avait vécu 4 fois 6272 jours pleins.
Et Jung, qu'on partage son point de vue ou non, est l'homme de la Quaternité, du mandala l'obsédant depuis 1919, celui qui a peint de multiples mandalas dans son Livre Rouge, celui qui a écrit
Je savais que j'avais atteint, avec le mandala comme expression du Soi, la découverte ultime à laquelle il me serait donné de parvenir.
Ma Vie - Confrontation avec l'inconscient

Avait-il raison ou pas, peu importe puisque c'est lui qui le pensait, et qui est mort dans la plus exacte conformité avec ce concept. Je ne sais quoi y ajouter.
Je me rends compte que j'aggrave mon cas avec ma propre intuition du 8 septembre 2008, ou premier Absolu 136, qui m'a fait prédire le schéma 4-1 autour du 4/4/44 alors même que j'aurais été incapable de donner les dates exactes de Jung, mais ça s'est passé ainsi, et je me refuse à inventer une histoire mieux acceptable. Si j'ai été le premier surpris par ce qui pourrait sembler un prodige, je l'ai beaucoup relativisé depuis, et je propose aujourd'hui la comparaison suivante.
La résolution du Rubik's Cube fait appel à des algorithmes d'une complexité bien plus grande que le calcul du nombre de jours entre deux dates, or les champions de ce jeu sont parvenus à transformer ces algorithmes en automatismes quasi inconscients qui leur permettent de résoudre n'importe quelle configuration en moins de 7 secondes. On ne peut que s'émerveiller devant ce prodige d'adaptation du cerveau, et que trouver minable en comparaison le délai de 1618 jours au terme duquel mon pauvre ciboulot m'a suggéré la relation autour du 4/4/44, date à laquelle j'ai commencé à prêter attention le 4/4/4, ce qui me semble un fait autrement remarquable (mais c'est en partie cette "validation par le hasard" qui a mobilisé toute mon attention vers le quadruple 4 jungien).

C'est aussi que je connaissais l'importance du 4 pour Jung, et que j'adhérais moi-même au concept de Quaternité, non par allégeance au Maître mais parce que le motif 4-1 s'était aussi imposé à moi dans mes études sur la Bible hébraïque.
J'ai donné quelques échos de ces recherches, dont je sais encore qu'elles peuvent susciter un total scepticisme chez les esprits forts raisonnant à peu près ainsi : "Moi je ne connais pas l'hébreu et ne peux juger de ce que raconte ce gars, mais s'il avait un tant soit peu raison, ça se saurait !"
"Ça se saurait..." : je comprends parfaitement cette réaction, qui a aussi été la mienne devant certaines de mes découvertes, tant elles me semblaient résulter d'une parfaite logique. Ceci m'a conduit à diverses interrogations, les moins folles imaginant un complot du silence autour de certaines vérités éclairantes...
En fait, dans la plupart des cas, "ça se savait", mais plus de documentation était nécessaire, et la révolution Internet est venue à bout des derniers cas. Un cas est demeuré rétif jusqu'au début 2008, j'en ai déjà parlé, mais je voudrais y revenir en le présentant dans une transposition française, aussi proche que possible de l'original, dans l'espoir de le faire mieux comprendre.

Imaginons la découverte d'une petite communauté, dont toute les croyances seraient liées à 5 livres écrits par un héros, nommé Mécie Uniq, qui l'a jadis libérée de 5 générations d'esclavage chez de cruels oppresseurs.
4 des livres relateraient l'histoire de cette libération, l'autre présenterait l'histoire antérieure de la communauté, détaillant notamment la filiation de Mécie Uniq depuis la création du Monde.
Un exégète étudiant ces livres isole quelques faits :
- Mécie Uniq a vécu 120 ans
- C'est l'anagramme de Cinquième (et il fait partie de la 5e génération de la communauté)
- Parmi ses ancêtres il relève les noms de Caquin et Cetera, qui ont vécu 600 et 480 ans, 5 et 4 fois 120 ans, et il devine dans ces personnages essentiels dans la mythologie de la communauté des déformations des mots Cinq et Quatre.
- Ces déformations ne sont pas quelconques, la communauté pratique l'art de la gématrie, et selon ce système
Caquin = 65 = 5 fois 13
Cetera = 52 = 4 fois 13

Le travail de l'exégète est applaudi par ses pairs, il reçoit de multiples distinctions...


En remplaçant l'exégète par Mézig, les 5 livres par le Pentateuque, Mécie Uniq, Caquin et Cetera par Moïse, Sem et Héber, tout est à peu près exact, sauf la reconnaissance publique.
Il est vrai que je n'ai fait que quelques timides tentatives pour publier ces découvertes il y a près de 25 ans, échaudé par des premières réactions frileuses alors que j'espérais un enthousiasme immédiat.
Cette transposition ne peut rendre compte de la complexité originale, où Sem et Héber n'ont rien de noms artificiels mais sont les fondateurs éponymes des lignées des Sémites et des Hébreux. Ces noms sont de plus obtenus à partir des mots hébreux pour Cinq et Quatre selon une même opération logique, et il est impératif de connaître un tant soit peu l'histoire de la langue hébraïque et de l'écriture du Pentateuque pour bien comprendre qu'il est impossible que ces formes Sem-Héber aient été choisies pour leurs valeurs numériques 340-272 (soit 5 et 4 fois 68) car ces résultats dépendent d'une technique empruntée aux Grecs bien des siècles plus tard.
C'est là que ça devient intéressant selon moi, mais apparemment beaucoup moins pour les éditeurs...

J'étais parvenu à ces résultats à partir d'une démarche qui me semblait évidente. Le Pentateuque s'achève sur la mort de Moïse à 120 ans, or tous les noms et âges de ses aïeux sont donnés jusqu'à Adam, et l'addition des 26 âges donne l'étonnant nombre 12600, dont il est tentant d'isoler les 600 ans de Sem.
Je n'ai donc trouvé aucune trace de ce calcul jusqu'au début 2008, avec un résumé d'un article récemment paru dans une revue "sérieuse", où il était question comme dans mon étude de l'étroit parallélisme avec les âges de la mythologie sumérienne. Je me demande si le résumé visible aujourd'hui n'a pas été étoffé depuis 2008, car il indique aujourd'hui que l'auteur envisage que la somme des âges ait eu pour première forme 12000 ans, avant d'être étendue à 12600 ans en harmonie avec l'eschatologie de Daniel, où apparaît le nombre 1260, et je n'avais pas noté alors cette similitude avec ma démarche isolant aussi les 600 ans de Sem.

Depuis 2008 sont apparus deux nouveaux résultats autour de ces 12600 ans.
Le blog KabbalahSecrets y a consacré l'article du 9 décembre 2008, orienté selon une perspective ésotérique annonçant le retour du (vrai) Messie en 5778, soit en 2018 de l'ère vulgaire, ceci semble-t-il parce que le logarithme décimal de 600000 est 5.778. L'auteur remarque la somme 12600 des âges patriarcaux, mais s'attache plutôt aux logarithmes individuels des 26 âges, dont la somme 66.66 lui semble significative.
Comme les logarithmes étaient inconnus alors, il en déduit que seul Dieu a pu cacher cette sagesse dans la Tora.

L'autre page est un chapitre d'un livre en accès libre depuis 2009 sur un site créationniste... Rien ne nous sera donc épargné ! Toutefois il s'agit du créationnisme dit "Vieille-Terre", s'opposant au "Jeune-Terre" (Junge Erde) qui prend à la lettre les Ecritures et rejette les perspectives scientifiques qui donnent à l'univers des milliards d'années.
L'auteur, Carol J. Hill, s'attache donc à démontrer que tous ces âges sont schématiques, construits à partir des nombres fétiches mésopotamiens 60 et 7, et en déduit qu'ils ne constituent pas des données chronologiques véridiques.
Je suis toujours ébahi de voir la saine logique appliquée aux affaires divines, puisque "Dieu" échappe en principe à notre logique, et Son omnipotence aurait fort bien pu le conduire à faire vivre des âges symboliques à ses créatures...
Enfin je suis redevable à Carol Hill de ce tableau soigné que je lui emprunte :Elle observe que dans les 3 groupes de patriarches les sommes des âges sont multiples de 7, et remarque particulièrement les 8575 ans des patriarches antédiluviens, soit 52.73 et les 1029 ans des 7 patriarches d'Abraham à Moïse, soit 3.73.
Je l'avais remarqué aussi, mais pas qu'en réunissant ces deux groupes on obtenait 7777 ans pour les 7+7 patriarches encadrant les 777 ans de Lamech.
C'est frappant, bien qu'il me semble impossible d'affirmer que ceci corresponde à une intention des rédacteurs bibliques, mais je trouve autrement frappant que les deux seuls nouveaux documents commentant les 12600 ans des patriarches en tirent l'un 66.66, l'autre 7777.
Il est encore amusant que, implicitement, l'auteur du blog KabbalahSecrets soit un créationniste "Jeune-Terre" à la manière du fondamentalisme juif, faible minorité pour laquelle le monde a été créé il y a 5770 ans, selon les calculs des anciens rabbins à l'origine du calendrier hébraïque, toujours en cours mais surtout par respect de l'identité juive.

Je n'ai présenté ici qu'un bref résumé d'un aspect de mes découvertes sur les vies des patriarches, avant mon renouveau jungien.
Je voudrais souligner maintenant les échos avec Jung. Ce n'est pas par hasard si j'ai nommé mon équivalent de Moïse Mécie Uniq, anagramme de cinquième, car en hébreu "messie", MSYh, est l'anagramme de "cinquième", hMSY.
Il y a un côté "messianique" évident de Moïse, bien que le concept de messianité n'apparaisse pas dans la Tora. En-dehors des aspects numériques 4-5, les ressemblances des noms Sem et Moïse constituent une véritable énigme, surtout si l'on suit les historiens selon lesquels le nom Moïse correspondrait au "fils" égyptien, mès...
Sem (shem), SM, signifie "nom" en hébreu.
Moïse (moshe), MSH, est le renversement de HSM, ha-shem, "Le Nom", formule désignant le Tétragramme YHWH dont la prononciation est interdite, YHWH de valeur 26 tandis que Moïse est le 26e patriarche.
Les lettres H-S-M ont les rangs 5-21-13 dans l'alphabet hébreu. J'ai évoqué récemment la division chrétienne de l'Ancien Testament en 5-21-13 livres, division reprise par les éditions imprimées de la Bible hébraïque.
Les rangs 21-13 des lettres SM ("nom", "sème") correspondent au rapport HAEMMERLI/JUNG = 84/52 = 21/13. En hébreu le nombre "quatre", arba', a pour valeur 273 = 21.13.
Les rangs 11-14 des patriarches Sem-Héber correspondent au format de la gravure Melencolia de Dürer, dont l'unité serait donné par la sphère au premier plan (en grec "ronde" = strongylé = 1114). Je rappelle que les colonnes du carré magique de cette gravure font lire 4 fois les sommes 21+13.
J'avais donné ici le calcul d'un exégète qui trouvait en couplant les nombres du carré la somme 2368, aussi bien horizontalement que verticalement, 2368 qui est la valeur du grec Iesous Christos, le Sauveur Messie.
Il se trouve que Moïse serait selon la chronologie juive né en 2368...

Qu'il soit bien entendu que je n'entends rien démontrer avec ces relations, sinon l'action de ce qu'Etienne Perrot nommait Sainte Chronicité, et Jung le trickster Hermès, qui mériterait une lecture germano-anglaise Herr Mess, "Maître de l'embrouille".

1.12.10

étranges échanges

Je relatais dans la possibilité d'une hylé ma découverte en novembre 09 que Charles et Théodore étaient fêtés les 4 et 9 novembre.
J'y évoquais aussi les coïncidences de ce jeudi 4 novembre, celle qui m'a rappelé que Théodore et Dorothée étaient non seulement des anagrammes, mais des constructions inversées des mêmes mots grecs theos et doron, "Dieu" et "don", et ma découverte de la Chaise d'Elie en feuilletant un livre avant de le rendre à la médiathèque de Digne; je vois une certaine correspondance entre Elie et Carl (Jung), comme entre Hénoch et Theodor (Haemmerli).
Je vais ordinairement à Digne une fois par semaine, le mardi ou le jeudi où Anne a ses cours aux Beaux-Arts. Il n'y avait pas de cours le mardi 2, suivant la Toussaint, donc j'y ai été le 4, et bien sûr pas non plus le 11 novembre, Armistice, donc j'y ai été le 9, saint Théodore...
Au rayon DVD de la médiathèque, j'ai vu un film que je ne connaissais pas, Birth, une histoire de réincarnation qui m'a tenté. Nous l'avons regardé le soir même, et j'ai été surpris des ressemblances du scénario avec celui d'un épisode de Medium que j'avais commenté sur Unus Mundus en novembre dernier, De toute mon âme (Soul Survivor).
Après y avoir réfléchi, peut-être ces ressemblances sont-elles à inscrire sous le signe de la communauté d'intention plutôt que sous celui du plagiat.
Toujours est-il que le regain d'intérêt pour la question m'a fait découvrir des choses insoupçonnées lors de la première diffusion de l'épisode de Medium, le 7 novembre 09 sur M6. C'est environ une semaine plus tard que j'ai appris les fêtes des Charles et Théodore, encadrant donc cette date, mais je ne pensais alors plus à cet épisode alors que ce qui était supposé s'être passé entre l'écrivain Nathan Cafferty et l'aventurier Joel Tiernan m'avait fourni prétexte à revenir à l'échange Jung-Haemmerli.
Nathan et Joel ont été victimes d'un même accident de la route. Nathan y a laissé sa vie, Joel blessé à la tête prétend qu'il a reçu l'âme de Nathan, et tous ses souvenirs.
L'épisode débute par un rêve de la détective-médium Allison Dubois, où elle regarde sur une vieille télé un reportage sur le cas de Phineas Gage, réelle victime d'un terrible accident en 1848 où il eut la tête et le cerveau traversés de part en part par une grosse barre de fer. Il survécut cependant 12 ans, mais avec un tempérament complètement différent.
Le reportage se démarque ici de la réalité en imaginant que ce nouveau caractère soit dû à la présence dans l'infirmerie où Gage fut amené d'un criminel agonisant. A sa mort, son âme se faufila dans la tête de Phineas par le trou de la barre...
Dans ce rêve, Allison voit Phineas avec la tête de Joel, qu'elle est amenée à rencontrer le lendemain lors d'une enquête. Après quelques mois, Joel a contacté la veuve de Nathan, lui fournissant tant de détails intimes que celle-ci se remarie avec lui.
Dans mon post sur Unus Mundus, j'insistais sur ce que j'évoquais dans la possibilité d'une hylé, la correspondance du nom doublement théophore de Joel (yhwal, Yhwh-Dieu) avec celui d'Elie (alyhw, Dieu-Yhwh), mais je n'avais pas alors conscience que Nathan (autre forme de Jonathan ou Nathaniel, "Yhwh donne" ou "Dieu donne") avait une signification identique au grec theou doron ("don de Dieu").
Ainsi l'écho de ce scénario avec le cas Carl-Theodor, que je rapproche du cas Elie-Hénoch, était-il plus pertinent que je ne le subodorais. Ce rapprochement était aussi inspiré par l'échange de personnalités entre le docteur Frankenstein et la créature, dans le film Le fils de Frankenstein et sa parodie par Mel Brooks Young Frankenstein, étudiée dans le message précédent.
La gématrie livre
FRANKENSTEIN = 136
de même que
JUNG-HAEMMERLI = 136

Je remarquais encore dans mon commentaire sur Medium le passage du cas de Phineas à celui de Joel, alors que la tradition juive identifie Phineas, ou Pinhas, prêtre cité en exemple pendant l'Exode, au futur Elie. C'est assez peu "logique", suggérant qu'Elie avant d'avoir été "non-mort" aurait d'abord été "non-né"... Certes la logique n'est pas essentielle en matière de croyances religieuses, mais le judaïsme privilégie la raison et semble peu à l'aise avec cette tradition Pinhas=Elie, inscrite dans le rituel avec la récitation à la synagogue d'un épisode de la vie d'Elie après la parasha Pinhas.

En fait Joel, après l'accident, avait volé le manuscrit sur lequel travaillait secrètement Nathan, une autobiographie dans laquelle figuraient tous les détails intimes propres à convaincre sa veuve. Mais cette bio destinée à être publiée cachait la liaison torride de Nathan avec sa belle-soeur, laquelle n'a donc pas été dupe des manigances de Joel...
Dans Birth, Anna a perdu son mari Sean il y a 10 ans, et voici qu'un garçon de 10 ans nommé Sean prétend être son mari réincarné, et lui fournit tant de détails intimes qu'elle se laisse convaincre.
Il y aura une explication rationnelle : le jeune Sean a trouvé les lettres d'amour d'Anna à Sean, et l'intensité de ces lettres l'a conduit à cette identification. Sa fascination devant cette belle idylle s'éteindra lorsqu'il apprendra que l'autre Sean avait donné ces lettres à sa maîtresse, en gage de sa passion, laquelle s'en était débarrassé récemment dans un fourré où le jeune Sean les avait trouvées.

L'épisode de Medium utilise les deux mêmes principaux ressorts, accès à des documents intimes et démasquage du fait d'un adultère ignoré, mais il me semble que des scénaristes voulant traiter d'une fausse réincarnation pourraient aisément penser à ces ressorts. Quoi qu'il en soit, un éventuel plagiat importe peu ici, où je suis d'abord ébahi d'avoir découvert Birth presque un an exactement après Soul Survivor, le 9 novembre St Théodore alors que j'effectuais depuis peu le lien entre Théodore et Jonathan-Nathaniel, et le film est de Jonathan Glazer...
Le père du jeune Sean y est joué par Ted Levine, de son nom complet Frank Theodore Levine, connu pour son rôle du capitaine Leland Stottlemeyer dans Monk. J'ai parlé ici du dernier épisode de Monk, où Monk est opposé dans une lutte à mort au juge Rickover, joué par Craig Theodore Nelson, né le 4/4/44. Monk, agonisant, ne peut supporter l'idée de l'impunité de Rickover et demande à Stottlemeyer de le tuer. C'est peut-être son refus qui lui donne le déclic de rassembler ses dernières forces pour aller affronter Rickover. Non seulement celui-ci meurt, mais Monk se rétablit, et trouve un nouveau sens à sa vie.
Ce n'est qu'il y a peu que je me suis avisé que "se rétablir" est en anglais to recover, fort proche du nom du juge, Rickover.
Les noms des flics LEland STottlemeyer et RAndy DEesher constituent un "oeuf de Pâques", allusion à LESTRADE le flic des aventures de Sherlock Holmes; je remarque que le ST de ce Theodore est l'abréviation courante de "Saint".

J'ai posé la requête Google "Soul Survivor" "jonathan glazer", afin de voir si d'autres avaient vu la ressemblance des scénarios, et le premier résultat m'a appris que quelqu'un avait effectivement opéré un lien entre Birth et un Soul Survivor, non l'épisode de Medium, mais un livre paru peu après !
L'épisode Soul Survivor a été diffusé originellement le 2 février 09 aux USA, or le 5 juin suivant est sorti en librairie Soul Survivor de Bruce et Andrea Leininger, relatant le cas de leur fils James, né en 1998, supposé être la réincarnation de James Huston, aviateur abattu à Iwo Jima le 3 mars 1945. Le cas, tel qu'il est présenté, est effectivement étonnant, mais le considérer sous le seul angle de la réincarnation serait réducteur, comme en témoigne cette coïncidence avec mes préoccupations.
Je remarque la répétition des prénoms, comme dans le cas des Sean et Sean Junior de Birth.

Histoire d'évaluer la bizarrerie de ces deux Soul Survivor, des recherches sur Amazon et imdb m'ont permis de la relativiser, en découvrant que c'est le titre exact ou partiel de nombreux livres, dont un roman de 1999 où une jeune femme rencontre un bel inconnu porteur des souvenirs de son père aviateur disparu au Viet-Nam... C'est encore le titre d'un film canadien en 1995, d'un épisode de la série Charmed en 2003, et d'une rétrospective consacrée à James Brown en 2003...

Un aviateur de retour dans le futur, ça me rappelle le film Forever Young étudié ici en relation avec le dernier épisode de Monk, ainsi qu'avec le premier épisode de Fringe, pour la présence répétée du nombre 627, au moins dans deux cas correspondant à la date de naissance du scénariste JJ Abrams.
La 3e saison de Fringe a tout pour passionner un amateur de spécularités et de renversements divers. Elle se passe alternativement dans notre monde (épisodes pairs) et dans un monde alternatif (épisodes impairs), avec dans les deux mondes une division Fringe enquêtant sur les cas bizarres, composée de personnages similaires interprétés par les mêmes acteurs, avec de légères différences.
Pour corser les choses, Olivia du monde B (Bolivia) a pris la place d'Olivia du monde A, tandis qu'Olivia est restée dans le monde B où on lui a insufflé la personnalité et les souvenirs de Bolivia...
Le streaming permet de voir les épisodes en VO le lendemain de leur première diffusion aux USA, le jeudi, avec des sous-titres quelques jours plus tard. Le 4 novembre, la St Charles, était diffusé sur ABC le 5e épisode, Amber 31422, que j'ai vu le samedi soir suivant, soit 364 jours après Soul Survivor, encore entre les St Charles et St Théodore, et il est question d'un switch, d'un échange de vie et de mort entre deux jumeaux, dont les noms constituent vraisemblablement un "oeuf de Pâques" parfaitement approprié, Joshua et Matthew Rose : Joshua rose from the dead signifie "Jésus est ressuscité d'entre les morts", et Matthieu fut apôtre et premier évangéliste.
Le monde B est moins stable que le monde A, il s'y produit parfois des brèches d'antimatière qui sont colmatées avec l'ambre 31422, une sorte de gel. Plusieurs de ces brèches ont été provoquées 4 ans plus tôt par le cambrioleur Joshua Rose, inventeur d'un appareil créant un champ de matière négative (negative matter ring) lui permettant de pénétrer dans les chambres fortes des banques. Joshua a été piégé lors de son dernier vol, et son frère trouve un moyen de l'extraire de l'ambre et de le ressusciter.
Ceci déclenche l'intervention de la division Fringe qui interroge Matthew, un bon citoyen qui a toujours eu une conduite exemplaire. L'enquête patauge jusqu'à ce qu'Olivia pense à un échange qui expliquerait tout : ce n'était pas Joshua qui était piégé dans l'ambre, mais Matthew, et Joshua a consacré ces dernières années à trouver comment sauver Matthew, piégé à sa place en tentant de l'alerter.
Le réseau se resserrant autour des deux frères, Joshua se sacrifie en commettant un nouveau cambriolage, se laissant volontairement piéger par l'ambre, et Olivia ferme les yeux sur le rôle joué par Matthew.

L'épisode est en rapport avec le canevas de la série, car la suspicion d'Olivia sur l'échange des jumeaux s'accompagne de réminiscences de sa première personnalité : et si elle-même et son double avaient-été interverties ?

Encore quelques échos avec mes préoccupations récentes :
Le 4 novembre ce fut la découverte de la Chaise d'Elie, ou banc de circoncision, qui déclencha les découvertes relatées dans les billets de novembre. Or "circoncision" se dit en hébreu brith mila, "alliance de la coupure", et dans cette transcription brith, "alliance", est l'anagramme de birth, "naissance", titre curieux du film de Jonathan Glazer.

Le noeud de ces billets de novembre a été le mot Strongylé, antique nom de l'actuelle Théra, anagramme de heart, "coeur", mot essentiel dans ma quête, par ses significations comme par ses dénominations dans diverses langues.
J'ai donc été amené à "couper" strongylé en strong hylé, traduit sauvagement par strong matter, "matière forte", or un hasard m'a fait découvrir le 29 novembre que le principal documentaire sur Jung est un film intitulé Matter of Heart, une "Affaire de Coeur" qui est essentiellement une inversion de l'expression Heart of the Matter, le "fond du problème".
Ce film de 105 minutes est visible d'un seul tenant sur GoogleVideos.